Une journée avec l'Orchestre des Jeunes de la Méditerranée

Depuis mai 2014, le Festival d'Aix en Provence s'est doté d'une nouvelle formation dans le cadre de son Académie, en intégrant l'Orchestre des Jeunes de la Méditerranée. Nous avons suivi la promotion 2014 dans ce nouveau contexte pendant une journée. Reportage.

Une journée avec l'Orchestre des Jeunes de la Méditerranée
OJM, groupe

Il est neuf heures du matin. Dans le nouveau quartier d'Aix en Provence se dresse le bâtiment hermétique et assez étonnant du Grand théâtre de Provence. A l'entrée des artistes, les jeunes musiciens rentrent en petits groupes; ils discutent en anglais et ne s'attardent pas. La première répétition de la dernière journée de travail est sur le point de commencer.

Tous font partie de la promotion 2014 de l'Orchestre des Jeunes de la Méditerranée: ils sont 92, venus de 20 pays différents, entre 16 et 26 ans. Demain, le premier concert public, diffusé en direct sur Youtube, marquera la fin de leur résidence de deux semaines à Aix-en-Provence. Aujourd'hui, c'est le chef d'orchestre Alain Altinoglu qui travaillera avec eux, présent sur les lieux depuis quelques jours. C'est lui qui dirigera le concert final et les deux concerts supplémentaires en région.

Alain Altinoglu, qui continue le travail du chef assistant Quentin Hindley, qui était le premier à décortiquer le programme de cette promotion avec les jeunes musiciens. Et le programme est redoutable : Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy, Vier letzte Lieder de Strauss, Im Sommerwind de Weber et la 2e suite de Daphnis et Chloé de Ravel, ainsi qu'une création du tout jeune compositeur espagnol Francisco Coll.

Les jeunes Méditerranéens se sont réunis pour la première fois seulement deux semaines auparavant. Recrutés soit dans leurs pays respectifs, soit via les établissements de formation musicale européens où ils sont actuellement étudiants, ils suivent tous un cursus intense : deux services d'orchestre quotidiens, encadrés par le chef assistant et neuf musiciens d'orchestres internationaux, dont six membres du LSO, invités en tant que consultants pour faire avancer séparément les différents pupitres.
Pendant les premiers jours, ils ont d'ailleurs tous appris à se connaitre en répétant en pupitres séparés; le programme demandait pas mal de travail technique de préparation. Les musiciens d'orchestre professionnels continuent à assister aux tutti, et participent de façon collégiale au filage mené par Alain Altinoglu.

Le plaisir de jouer ensemble

L'Orchestre des Jeunes de la Méditerranée a été créé il y a 30 ans sur l'initiative de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et du Ministère de la culture, dans l'intention de «placer la musique au service du dialogue interculturel dans l'espace euro-méditerranéen. » Un terrain qu'il partage avec le West-Easten Divan Orchestra de Daniel Barenboim ? «Non», répond Daniel Bergamaschi, responsable de la communication. «Notre vocation principale est de permettre aux jeunes de faire de la musique ensemble. Evidemment, si on arrive à instaurer le dialogue au sein de l'orchestre, c'est déjà un terrain favorable pour le dialogue tout court. Mais notre positionnement neutre nous permet d'agir plus facilement même dans des contextes politiques compliqués, et en tous cas, d'éviter d'avantage de complications administratives, qui finissent par empêcher les jeunes de venir : les visas, les autorisations de sortie ou de séjour...en trente ans, nous avons fait le tour et cela n'est pas fini...»

Depuis mai 2014, l'OJM est intégré à l'Académie du Festival d'Aix -en - Provence, un aboutissement de quatre ans de rapprochement progressif, avec comme acteur principal le LSO, en résidence au Festival depuis 2010. Comme l'explique Emilie Delorme, responsable de l'Académie, la volonté du LSO de créer un orchestre des jeunes dans le cadre de la résidence a automatiquement trouvé un écho dans le projet de l'OJM, déjà existant et bénéficiant d'un réseau, et dans la volonté de la direction du Festival de s'orienter davantage vers les pays du sud. L'avantage principal de ce nouveau contexte pour l'OJM, souligne Emilie Delorme, est à la fois la possibilité qui s'ouvre à l'orchestre de bénéficier de la renommée du Festival pour faire venir les meilleurs chefs et musiciens déjà présents sur place, et de profiter de cette plateforme naturelle pour pouvoir se produire dans les conditions professionnelles. «De plus, nous travaillons beaucoup dans l'Académie du Festival sur les questions de médiation et d'insertion professionnelle dans la continuité, et notamment avec les musiciens recrutés dans la région. Nous espérons pouvoir accompagner de la même façon les musiciens de l'OJM.»

Le concert final de la session 2014 a été transmis en direct sur You Tube, une première.« Nous avons constaté que le média le plus partagé par les jeunes de la Méditerranée est You Tube, c'est précisément pour cela que nous avons décidé de rendre possible cette diffusion, en espérant toucher les familles de nos musiciens d’abord, mais aussi tous ceux pour qui c'est la seule fenêtre sur le monde .» En 2015, l'OJM participera à un projet coproduit par le LSO et le Philharmonique de Berlin et dirigé par Sir Simon Rattle, avec une commande à Jonathan Dove et la participation de 300 amateurs. A vos agendas...

Témoignages

OJM, Alain Altinoglu, 603
OJM, Alain Altinoglu, 603

Le chef d’orchestre français Alain Altinoglu dirige les concerts qui couronnent les deux semaines de travail de l’OJM. Il vient en fin de formation travailler la matière sonore préparée par le chef assistant Quentin Hindley. Il est ravi de l'homogénéité obtenue au bout de seulement deux semaines de répétitions :

OJM, Jose Xavier Munoz
OJM, Jose Xavier Munoz

José Xavier Munoz est clarinettiste. Originaire du Venezuela, il étudie en France. C'est sa deuxième, et selon les règles de l’orchestre, dernière participation, mais il entend supplier les encadrants de l'inviter encore une fois, ravi notamment du travail accompli avec Alain Altinoglu :

OJM, Alain Rosa
OJM, Alain Rosa

Alain Rosa, Portugais, est clarinettiste. Cette expérience côte à côte avec les musiciens de différents pays méditerranéens a fait tomber quelques préjugés.

OJM, Bilal
OJM, Bilal

Bilal Alnemr est Syrien, installé en France depuis quatre ans et à seulement 17 ans déjà en classe de violon au CNSM de Paris . La musique pour lui, c'est l'espace privilégié dont tous les problèmes politiques qui secouent sa région natale sont bannis :

OJM 2014, Ginette Decuyper 2014
OJM 2014, Ginette Decuyper 2014

Ginette Decuyper est premier violon au LSO depuis 20 ans. Cette année, elle est invitée comme intervenante auprès des jeunes violonistes de l’orchestre. Pendant les répétitions, elle partage le pupitre avec les jeunes musiciens.

OJM, Thierry
OJM, Thierry

Thierry Wendling est percussionniste français. Il voit dans sa participation à l’OJM une précieuse expérience d’orchestre :

⇒Infos pratiques : les inscriptions ouvrent en septembre/octobre sur le site internet de l'OJM et les auditions ont lieu de janvier à avril dans différentes villes de la région

Ailleurs sur le web

Sur le même thème