Un violoncelle interdit de vol parce qu’il voyageait “sans visa”

La compagnie aérienne British Airways a empêché une violoncelliste de monter à bord de l’un de ses avions parce que son instrument n’avait pas de visa.

Un violoncelle interdit de vol parce qu’il voyageait “sans visa”
© Middlebrook/CSM/REX/Shutterstock

« Je conseille à tous les musiciens d’éviter British Airways**. Je ne volerai plus jamais avec eux ». On imagine la stupeur de la violoncelliste Jane Bevan* lorsqu’elle apprit qu’elle ne pouvait pas voyager avec son instrument… parce que celui-ci n’avait pas de visa. La musicienne, qui devait effectuer un vol Zurich - Baltimore, avait réservé un siège pour son violoncelle et prévenu la compagnie en amont. Mais une fois sur place, le personnel de British Airways a refusé de prendre l’instrument à bord : « Ils m’ont dit que la réservation en ligne avait été enregistrée pour un passager, et non pour un violoncelle ». Et face à l’absence de visa pour l’instrument, il a été demandé à Jane Bevan de réserver un autre vol, pour un montant de plus de 4 000 dollars : « ils ne m’ont offert ni remboursement, ni aucune compensation* ».

Ce n’est pas la première fois que la compagnie britannique s’illustre auprès des musiciens. En juin dernier, la musicienne Cecilia Bernardini n’a pas été autorisée à emporter avec elle l’étui de son violon, et a été contrainte de voyager de Londres à Amsterdam avec son instrument du XVIIIe siècle sur les genoux. Suite à cet incident - et de nombreux précédents - la violoniste Paula Muldoon a lancé une pétition sur change.org pour que British Airways clarifie et modifie son réglement sur les instruments à bord de ses appareils. Au moment où nous écrivons ces lignes, cette dernière a atteint les 5776 signatures.

Sur le même thème