Un orchestre lillois en matériaux recyclés pour une pédagogie innovante

Apprentissage de la musique individuel ou collectif ? Au CFMI (centre de formation de musiciens intervenants) de Lille, un orchestre de tuyaux, entonnoirs et autres matériaux de récupération initie les enfants à la musique, guidé par une pédagogie progressive et mûrement réfléchie.

Un orchestre lillois en matériaux recyclés pour une pédagogie innovante
L'Orchestre sauvage, Photo : Ugo Ponte © onl, © Autre

« Chanter, c’est primordial, mais c’est facile à mettre en place. Ce qui nous intéresse, c’est de permettre aux enfants qui n'ont jamais fait de musique, de toucher un instrument », explique Jean Jeltsch, responsable du CFMI, le centre de formation des musiciens intervenants de Lille, qui travaille régulièrement avec différents établissements scolaires de la région lilloise.

Pour le dernier projet en date, le défi est relevé haut la main. Jean Jeltsch et ses équipes de chercheurs et de stagiaires ont collaboré avec l'Orchestre national de Lille (ONL) sur un concert-événement qui a réuni le 19 mars 2016, 200 musiciens sur la scène de la salle de spectacle lilloise le Nouveau siècle. A l'occasion des 40 ans de l'ONL, musiciens professionnels et amateurs, slameurs, danseurs de flamenco, instrumentistes et chanteurs ont créé une œuvre inédite composée par Aleksandros Markeas.

Parmi les musiciens sur scène, une curieuse, et pourtant très homogène formation éphémère s'est produite, l’orchestre sauvage, constitué d’une cinquantaine d’élèves de CM1 équipés d’instruments de musique « bricolés ». Flûtes à tuyaux, cloches, tubes, plaques en bois et autres sifflets de toutes les couleurs faisaient partie de cet instrumentarium conçu pour l’occasion.

Ugo Ponte © onl
Ugo Ponte © onl

« Nous menons régulièrement des actions de sensibilisation à la musique auprès des scolaires », nous explique Ghislain Abraham, intervenant pédagogique à l'orchestre. « Mais pour ce concert anniversaire, nous avons souhaité mettre à contribution le CFMI de Lille afin d’intégrer les élèves non musiciens à l’orchestre, et nous y sommes parvenus en seulement deux mois de travail sur instruments ! »

La conception et la fabrication des instruments, ainsi que l’initiation des enfants, ont été encadrées par les intervenants du CFMI de Lille. Un résultat plutôt probant : les élèves ont réussi à maîtriser à la fois la partition et les conditions du concert sur scène, tout en s'amusant comme en témoigne Céline Walkowiak, parent d'élève :
« C’est un beau projet de classe, celui de la classe de Suzanne, élève en CM1 à l’école Berthelot d’Hellemmes, qui a commencé il y a plusieurs semaines. L’ONL a besoin d’un orchestre d’enfants pour son concert participatif du samedi 19 mars, un concert festif et populaire, témoin d’un nouveau "vivre ensemble", intergénérationnel et multiculturel ».

Les instruments qui évoluent au rythme des apprentissages

Depuis dix ans, Jean Jeltsch pilote la recherche sur les instruments alternatifs au service de la pédagogie collective de la musique, au sein de l’Atelier de la lutherie expérimentale du CFMI de Lille. Une recherche nourrie par l'expérience des luthiers, professeurs de musique, ethnomusicologues, organologues et guidé par l’expérience des élèves.

« Notre réflexion est partie du principe que chaque enfant devrait pouvoir toucher à un instrument. Or les instruments de musique sont souvent chers, parfois très fragiles, et inadaptés à la pratique collective de la musique en milieu scolaire. En matière de percussions, on a fait du chemin pour les rendre plus accessibles aux enfants, mais nous nous sommes posés la question : comment faire la même chose avec, par exemple, la famille des vents ? » Jean Jeltsch et ses collaborateurs mettent alors en place un « atelier sauvage » avec toute sorte de matières premières de récupération : tubes, tuyaux, bouteilles, entonnoirs, papier, carton, contreplaqué etc. et travaillent avec les musiciens et les luthiers à la fabrication des instruments de musique hybrides et métissés.

« Les musiques anciennes et les musiques du monde sont une source de renseignements intarissable. Nous avons pu appliquer certaines techniques ancestrales sur l’élaboration de nos instruments rien qu’en travaillant avec des musiciens venant de ces univers-là. »

live3.univ-lille3.fr Dès le début, les enfants sont associés au processus d’élaboration des instruments : le travail manuel sur l’assemblage permet de connaitre son instrument et de travailler la créativité. Le rapport à l'instrument est différent, aussi. « Les enfants sont fiers de leur instrument, il y a un côté désinhibant, ce sont des instruments faciles à transporter et résistants, comme des jouets et les enfants les vivent ainsi. Ils continuent à jouer avec dans le sens propre du terme, chez eux ou en récréation. »

Si seulement 9 séances de 40 minutes ont suffi aux musiciens en herbe à apprivoiser leurs nouveaux jouets et à relever le défi en intégrant l’ONL, c'est qu'une pédagogie d’apprentissage progressif et collectif permet aux enfants de franchir les étapes sans même se poser de question.

« Nous avons fondé notre travail sur une pédagogie que nous avons développé en parallèle avec les instruments évolutifs, » explique Jean Jeltsch. « On aborde un instrument comme on aborderait le vélo : on passe par la draisienne et la trottinette, pour acquérir l'équilibre, avant de se lancer sur un vrai vélo. Avec nos instruments à vent évolutifs, tout commence avec l'embouchure : l'enfant apprend à maîtriser la production du son, acquiert la technique du souffle et des lèvres, et ensuite rajoute le tuyau simple qu'on perce au fur et à mesure de ses progrès pour obtenir une gamme. Ils y arrivent en général en très peu de temps ».

Si Jean Jeltsch s'est inspiré du travail de Max Vandervorst, musicien performeur et inventeur d'instruments, il précise que l'objectif des recherches que mène son équipe en organologie et en pédagogie collective n'est pas purement artistique : « Nos instruments sont censés combler un manque entre la découverte sonore et l'apprentissage de la musique sur les instruments traditionnels. Si la flûte à tuyau peut être un premier pas dans l'éducation musicale d'un futur mélomane ou même d'un instrumentiste, notre objectif est atteint ».

Ailleurs sur le web

Sur le même thème