Un orchestre bolivien est confiné dans un château entouré par des loups

Si pour certains le confinement aura été une période éprouvante, rares sont ceux qui seront restés enfermés dans un château du XVIe siècle, encerclé par plusieurs dizaines de loups. Pour les musiciens de l’Orquesta Experimental de Instrumentos Nativos de La Paz, en Bolivie, c’est exactement le cas.

Un orchestre bolivien est confiné dans un château entouré par des loups
Le château de Rheinsberg, résidence temporaire de l’Orquesta Experimental de Instrumentos Nativos, © Getty / picture alliance

Selon un reportage de la BBC, cela fait maintenant 77 jours que les membres de l’Orquesta Experimental de Instrumentos Nativos de Bolivie sont confinés dans le château de la ville de Rheinsberg, au nord-est de Berlin. 

Autrefois résidence principale de nombreuses familles de l’aristocratie prussienne , le château a ensuite été acheté par le roi Frédéric-Guillaume Ier en 1734, qui l’offre ensuite à son fils Frédéric II, futur Frédéric le Grand. Passionné de musique, ce dernier organise de nombreux concerts et invite les plus grands musiciens et compositeurs de son époque, notamment Johann Christian Bach, fils de Johann Sebastian Bach.

Un lieu idéal pour abriter un ensemble de musique, malgré les nombreux loups qui vivent dans les bois et encerclent la résidence, et l’esprit du roi défunt qui, selon les légendes, hante les couloirs du château...

A peine arrivés en Allemagne le 10 mars, l'orchestre se heurte à l'interdiction des rassemblements de plus de 1 000 imposée par le gouvernement allemand afin de limiter la propagation du Covid-19. Ses concerts annulés, l’orchestre ne parvient pas à retourner en Bolivie avant la fermeture des frontières du pays.

A l’instar des 8 000 autres habitants de Rheinseberg, l’orchestre est donc invité à se confiner ; comment faire passer le temps quand on est un orchestre confiné ? En répétant.

Mais si l’idée d’être confiné dans un château allemand et faire de la musique à longueur de journée semble être une situation plutôt agréable, ce hiatus dans la vie professionnelle des musiciens de l’orchestre inquiète certains membres de l’ensemble qui sont la seule source de revenus pour leurs familles.

A cela ce problème s’ajoute les frais mensuels de logement de l’orchestre, 35 000 euros, payés par plusieurs organismes culturels allemands dont le festival MaerzMusik et son directeur Berno Odo Polzer, à l’origine de l’invitation de l’orchestre bolivien. De leur côté, de nombreux résidents de Rheinsberg ont fait don de vêtements appropriés pour les musiciens.

Mais cette chance et bonne volonté semblent s’arrêter à Rheinsberg. Malgré les nombreuses discussions avec l’ambassade bolivienne et les responsables boliviens, un éventuel retour en Bolivie, dont les frontières sont toujours fermées, semble encore inenvisageable pour l’orchestre. Ce dernier est donc contraint de rester encore un moment dans sa nouvelle résidence. Ce n’est que début juin que l’ambassade bolivienne pourra essayer de renvoyer l’orchestre en Bolivie par avion via Madrid. 

Après les nombreuses et différentes tentatives de retour depuis le début du confinement, l’orchestre reste dubitatif. Certains musiciens disent se sentir abandonnés par leur pays, qui indique que les priorités sont surtout de faire rapatrier les femmes, les enfants, les malades et les personnes âgées.