Un homme disperse les cendres de son ami au Metropolitan Opera

A New York, une représentation de Guillaume Tell a dû être écourtée samedi après la dispersion de cendres funéraires dans la fosse d’orchestre.

 Un homme disperse les cendres de son ami au Metropolitan Opera
Le Metropolitan Opera de New York, © Corbis

Samedi après-midi, la représentation de Guillaume Tell au Metropolitan Opera à New York a terminé bien plus tôt que prévu. Au beau milieu du second entracte, un homme a répandu une mystérieuse poudre dans la fosse d’orchestre, autour de la place des cymbales et sur le podium du chef d’orchestre. A leur retour, les musiciens se sont inquiétés de la présence de cette substance que certains ont pris pour du bacille de charbon, bactérie utilisée lors d’attaques terroristes.

Rapidement, la représentation du spectacle a été interrompue, et les spectateurs ont dû être évacués. Sur place, la section antiterroriste de la police New Yorkaise a interrogé plusieurs personnes et, parmi les témoins, certains affirmaient avoir discuté avec un homme qui souhaitait disperser les cendres de son ami dans la salle. L’analyse de la poudre suspecte a confirmé qu’il s’agissait bien de cendres funéraires, et après une courte enquête, qui a tout de même nécessité l’annulation d’une autre représentation le soir même au MET, le spectateur a été retrouvé. Il s’agit de Roger Kaiser, un habitant de Dallas qui a effectivement répandu les cendres de celui qu’il qualifie comme étant « son mentor en matière d’opéra » décédé depuis plusieurs années.

« Cet homme n’est pas méchant », a déclaré la police américaine. « C’est juste un homme qui a perdu un ami et qui voulait respecter sa dernière volonté. » Les enquêteurs ont expliqué que, pendant l'entracte, Roger Kaiser a essayé de disperser les cendres discrètement pour ne pas alarmer les gens autour de lui. Dans la soirée, il devait se rendre à la représentation de l’Italienne à Alger qui a été annulée à cause de l’incident. L’événement restera cependant sans suite puisqu’en accord avec le MET, la police a décidé de ne pas poursuivre l’homme judiciairement.