Un festival en hommage à la jeune soprano Eva Ganizate

Du 17 au 23 août se déroule dans l’Indre la première édition du Festival Eva Ganizate. A l’initiative de la famille, il rend hommage à Eva Ganizate, la jeune chanteuse lyrique tuée le 4 janvier dernier.

Un festival en hommage à la jeune soprano Eva Ganizate
visuel Eva Ganizate - mea 603 380

Vous vous en souvenez peut-être, France Musique vous avait annoncé le 6 janvier 2014 la mort de la jeune soprano française Eva Ganizate, renversée par une voiture alors qu'elle circulait en vélo.

Celle qui était considérée comme « l'étoile montante des jeunes chanteuses lyriques françaises », avait pour projet, outre sa carrière de soprano, « la création d’un festival de musique qui aurait participé au rayonnement du patrimoine de sa région », peut-on lire sur le site du Festival Eva Ganizate. Aussi, c'est tout naturellement que l'idée est venue à la famille de la chanteuse de donner vie à « ce » festival.

En peu de temps, la mère d’Eva Ganizate, Sylvie Schäfer, aidée par des proches, l’entourage professionnel de sa fille et de nombreux partenaires, ont mis en place le festival de musique. «Toutes les personnes sollicitées pour ce projet ont répondu immédiatement à Sylvie, de tout cœur et avec solidarité; C’était incroyable » explique Franck Joucla Castillo, ami de Sylvie Schäfer et membre de l’association Le paysage musical d’Eva Ganizate. Isabelle Adjani, amie de Sylvie Schäfer et d’Eva Ganizate, dont elle garde le souvenir d’une femme « si rayonnante, si ravissante, si émouvante, si solair e », est par ailleurs la marraine de l'évènement.

Le festival se déroule du 17 au 23 août 2014 dans l’Indre (36). D’illustres artistes sont et seront présents pour la première édition de ce festival; Citons, entre autres, la pianiste portugaise Maria Joao Pires, le violoniste et chef d’orchestre français Augustin Dumay, la jeune soprano Nathalie Manfrino et les ténors Fabrice Chikhaoui et Florian Cafiero. L’intégralité du programme musical est à retrouver ici.

Pour Franck Joucla Castillo, ce festival est « Une ode à la vie ». Il ajoute : « Sylvie a refusé que le chant de sa fille s’arrête, et la meilleure façon pour que cette voix demeure, c’était de l’animer, de la rendre vivante, par mille autres voix présentes ».

Sur le même thème