Un compositeur termine un opéra inachevé de Viktor Ullmann, mort à Auschwitz en 1944

Hélios Azoulay a décidé de redonner vie à une œuvre que Viktor Ullmann a commencé à composer lorsqu’il était en camp de concentration, et qui était restée inachevée.

Un compositeur termine un opéra inachevé de Viktor Ullmann, mort à Auschwitz en 1944
Viktor Ullmann

C’est dans un studio d’enregistrement situé à Rouen que Hélios Azoulay a redonné vie à l’œuvre inachevée de Viktor Ullmann. Intitulé 30 mai 1431, cet opéra qui porte sur la vie de Jeanne d’Arc a été composé par le musicien tchèque lorsqu’il était en camp de concentration, avant d’être tué à Auschwitz en 1944.

Hélios Azoulay a découvert la partition de l’opéra 30 mai 1431 alors qu’il menait des recherches sur l’histoire de la musique dans le monde concentrationnaire. Mais si Viktor Ullmann en avait entièrement rédigé l’histoire, le compositeur n’avait pu écrire que deux pages de sa musique. Dans un premier temps, Hélios Azoulay a décidé de publier les premières notes de la pièce dans le livre L’enfer aussi a son orchestre, paru en 2015. Puis, il lui a semblé logique de tenter de terminer cette œuvre. Il a expliqué sa démarche à Tendance Ouest : « Les pages écrites par Ullmann m’ont servi de matière brute, mais je ne prétends pas écrire à la manière d’Ullmann, ce serait impossible. Il fallait faire une nouvelle œuvre. Le fragment, une musique très dense, un peu solennelle, avec beaucoup de noblesse, se retrouve partout, comme un détail qui appelle un monde et se démultiplie à l’infini ».

Afin de mener à bien son projet, Hélios Azoulay a lancé une campagne de financement participatif. La Fondation Auschwitz, située à Bruxelles, lui a apporté son soutien, en lui faisant don de la totalité de la somme qu’il manquait. Un geste qui a beaucoup ému le compositeur, rapporte Tendance Ouest.

Hélios Azoulay est donc allé en studio en octobre pour commencer à enregistrer l’œuvre, avec l’aide d’un quatuor à cordes, Teona Kharadze et Pablo Schatzman au violon, Baptiste Vay à l’alto et Dimitri Maslennikov au violoncelle. D’autres sessions d’enregistrements sont prévues en novembre et l’oeuvre sera créée le 12 janvier 2017 au Mémorial de la Shoah, à Paris.