Un chirurgien affirme que Mozart ne souffrait pas d’alcoolisme

Jonathan Noble, chirurgien britannique à la retraite, s’est penché sur la santé des plus grands compositeurs, dans l’espoir de réhabiliter leur réputation médicale.

Un chirurgien affirme que Mozart ne souffrait pas d’alcoolisme
Extrait du film Amadeus, © Capture d'écran Youtube

Avec son ouvrage That Jealous Demon, My Wretched Health: Disease, Death and Composers, Jonathan Noble a souhaité démontrer que la mémoire des plus grands compositeurs avait souvent été ternie par des rumeurs infondées concernant leur santé. 

En se penchant sur les autopsies et les bilans médicaux de 70 compositeurs, cet ancien chirurgien du club de football Manchester United a découvert que, contrairement aux idées reçues, la majorité d’entre eux n’aurait jamais souffert d’alcoolisme ou de maladie vénérienne. 

Selon lui, il n’existe pas de documents sérieux qui prouveraient que Mozart souffrait de problèmes liés à l’alcool.  Ces « allégations », nées des écrits de biographes, seraient sans fondement. Il en va de même pour Tchaïkovski, Schubert, Brahms, Beethoven ou encore Sibelius. 

Dans un article du Telegraph, le médecin rappelle que l’alcoolisme est une maladie très grave, plutôt « incompatible » avec l’activité de compositeur et l’écriture « de symphonies, d’opéras ou de quatuor à cordes ». 

Il affirme également que Maurice Ravel n’a jamais souffert de la syphilis. « Cette rumeur était uniquement fondée sur le témoignage d’une infirmière qui assure avoir eu accès à son rapport sanguin, plusieurs années après sa mort ». Benjamin Britten n’aurait, lui non plus, jamais contracté la maladie. Seul Schubert fait partie des six compositeurs victimes de la vérole.