Accord de 105 000 euros pour mettre fin au conflit entre Saint-Etienne et Laurent Campellone

Le conseil municipal de Saint-Etienne a validé un accord transactionnel de plus de 100 000 euros entre la ville et Laurent Campellone, trois ans après la suspension puis le licenciement du chef d'orchestre de l’Opéra.

Accord de 105 000 euros pour mettre fin au conflit entre Saint-Etienne et Laurent Campellone
Laurent Campellone, © Maxppp / PHOTOPQR/LE PROGRES

Lundi 3 avril, les élus stéphanois ont adopté une délibération qui stipule que la collectivité accepte de verser à Laurent Campellone « un règlement transactionnel de 105 390,84 euros au titre de son préjudice, dont 15 000 euros au titre du préjudice moral. » Il y a trois ans, le chef avait été suspendu puis licencié de ses fonctions de chef d’orchestre et directeur musical de l’Opéra de Saint-Etienne par la nouvelle municipalité dirigée par Gaël Perdriau (LR).

Lors du vote, les groupes PC et FN se sont abstenus et le groupe PS a voté contre la délibération. L’opposition reproche au maire « une réponse qui aurait pu être évitée », car le chef d’orchestre avait lui-même présenté sa démission au printemps 2014, mais elle lui avait été refusée.

La décision approuvée en conseil indique qu’en contrepartie de son indemnité, l’intéressé « renonce à contester la décision de suppression de son poste » de chef d’orchestre et de directeur musical, et renonce à l’exécution du jugement de mai 2016 du tribunal administratif de Lyon qui lui accorde une indemnité de 80 000 euros. La juridiction administrative avait alors annulé l’arrêté municipal du maire de Saint-Etienne qui prononçait le licenciement disciplinaire de Laurent Campellone en décembre 2014, sept mois après sa suspension administrative ainsi que celle de huit autres cadres de l’opéra, comme son directeur général, Vincent Bergeot.

En juin 2014, le chef avait été désigné « personnalité musicale française de l’année », par le Syndicat national de la critique pour son travail avec la musique française, notamment au sein de l’institution culturelle municipale stéphanoise.

avec AFP