Théâtre du Bolchoï : les trois suspects reconnus coupables de l'agression à l'acide

Les trois accusés dans l'affaire de l'agression à l'acide du directeur artistique du Bolchoï à Moscou ont été reconnus coupables. Le danseur soliste Pavel Dmitrichenko a été reconnu comme le commanditaire de l'attaque et condamné à six ans de camp.

Théâtre du Bolchoï : les trois suspects reconnus coupables de l'agression à l'acide
Le principal accusé, Pavel Dmitrichenko, danseur soliste et militant syndical, a été reconnu comme le commanditaire de l'attaque. Il risque neuf ans de camp. (© Novoderezhkin Anton/ITAR-TASS Photo/Corbis)

La justice russe a jugé coupables les trois suspects de l'attaque à l'acide de Sergueï Filine, le directeur artistique du Bolchoï, parmi lesquels le danseur Pavel Dmitrichenko condamné à six ans de prison en camp à régime sévère, contre neuf ans requis par le parquet. L'affaire remonte au mois de janvier dernier, Sergueï Filine, le directeur artistique du prestigieux théâtre Bolchoï, est agressé à l'acide en bas de son immeuble. L'homme grièvement blessé au visage a dû subir plusieurs greffes de peau et opérations des yeux.

La justice a donc reconu coupable Pavel Dmitrichenko, danseur soliste et militant syndical, comme commanditaire de cette agression. Selon la juge Elena Maximova, l'homme et ses deux complices, l'exécutant Iouri Zaroutski et le chauffeur Andreï Lipatov, se seraient préalablement entendus "en raison de son mécontentement du travail de Filine en matière de préparation des rôles et des primes des artistes ".

Une accusation de préméditation qu'a nié en bloc Dmitrichenko pendant toute la durée du procès depuis octobre, tout en reconnaissant tout de même avoir souhaité que le directeur artistique soit passé à tabac.Zaroutski, l'éxécutant de l'attaque, a été condamné à une peine de dix ans de camp et quatre ans pour le chaufeur Lipatov.

Pendant le procès, M. Dmitritchenko, 29 ans, a rejeté l'accusation d'avoir voulu de façon préméditée infliger des blessures graves à M. Filine, tout en admettant avoir demandé qu'il soit passé à tabac. Lors des plaidoiries, il s'est dit prêt à être condamné pour "coups", un chef d'accusation passible d'une peine allant jusqu'à deux ans de camp. M. Zaroutski a pour sa part reconnu avoir attaqué à l'acide M. Filine de sa propre initiative.

L'avocate de l'accusation, Tatiana Stoukalova, a aussi réclamé lors des plaidoiries 508.000 roubles (11.300 euros) au titre du préjudice physique et 3 millions de roubles (66.700 euros) au titre du préjudice moral. M. Filine, 43 ans, a subi après l'attaque une greffe de la peau et plusieurs opérations des yeux en Allemagne. Alors qu'il avait repris son travail au Bolchoï en septembre, constamment accompagné d'un garde du corps, il est retourné en Allemagne où il avait été soigné en raison de la dégradation de l'état de ses yeux.

Une affaire retentissante

Cette affaire, qui a fait beaucoup de bruit en Russie, a permis de mettre en lumière les pratiques douteuses qui règnent dans les coulisses du plus prestigieux théâtre de Russie. Plusieurs personnes ont été limogées suite à l'agression, dont le directeur du Bolchoï lui-même.

D'autres scandales se sont succédés depuis un an, la danseuse américaine Joy Womack a dénoncé que le Bolchoï exigeait qu'elle verse une somme de 10 000 dollars pour passer au rang de soliste. Dernier rebondissement lundi dernier avec la démission inexpliquée de Vassili Sinaiski, chef d'orchestre et directeur musical du théâtre. Il est parti à 15 jours seulement de la première très attendue de l'opéra Don Carlo de Verdi, alors qu'il avait été nommé pour rétablir l'ordre et redorer la réputation du Bolchoï.

Sur le même thème