Simon Rattle défend le projet d’une nouvelle salle de concert à Londres

Lors de la présentation des grandes lignes de la prochaine saison de l’Orchestre symphonique de Londres, Simon Rattle a largement défendu le projet de construction d'une nouvelle salle de concert dans la capitale britannique.

Simon Rattle défend le projet d’une nouvelle salle de concert à Londres
Simon Rattle lors de la présentation de la nouvelle saison de l'Orchestre symphonique de Londres, © AFP / Isabel Infantes

Mardi 17 janvier, Simon Rattle a présenté les grandes lignes de la prochaine saison de l’Orchestre symphonique de Londres (LSO), dont il prendra la direction en septembre 2017. Le chef d’orchestre a dévoilé plusieurs projets pour l'ensemble, notamment celui d’ouvrir la saison avec un programme célébrant la musique britannique avec des œuvres d’Adès, Birtwistle, Knussen et Elgar. Le baroque sera aussi à l’honneur, tout comme Schumann, et Simon Rattle a également annoncé qu’il allait diriger Gruppen de Stockhausen à la Tate Modern. Enfin, pour élargir les publics, un tarif unique de 5 livres va être mis en place pour les spectateurs de moins de 18 ans au Barbican Center et des concerts d’une heure seront désormais proposés à 18h30.

Lors de la présentation, un sujet a particulièrement été développé : celui de la construction d’une nouvelle salle de concert dans la capitale britannique. Simon Rattle a réaffirmé son attachement à ce projet. Il a déclaré que le Barbican Center, qui accueille actuellement l’Orchestre Symphonique de Londres, avait été « magnifiquement conçu pour accueillir un certain type d’orchestre » mais qu’il ne « pouvait pas accueillir de très grands ensembles, avec un chœur. » Il estime que 20% du répertoire, tels que la pièce Rituel in memoriam Bruno Maderna de Boulez, ou le Requiem de Berlioz, ne peut être joué au Barbican, ce qui inclut beaucoup d’œuvres qu’il rêve de diriger.

Si cette nouvelle salle devait voir le jour, elle devrait être installée sur le site actuel du Musée de Londres et elle deviendrait la résidence du LSO. Plusieurs personnalités du monde de la musique ont défendu ce projet mais son coût, estimé à 280 millions de livres (323 millions d’euros), divise parmi la classe politique. En novembre 2016, le gouvernement a décidé de ne plus financer l’étude préalable à sa construction, qui finalement sera prise en charge par la City of London Corporation.