Le documentaire "Scelsi, le premier mouvement de l'immobile" primé à l'IDFA

L'International Documentary Filmfestival Amsterdam (IDFA) a décerné le prix de la meilleure première apparition au documentaire "Giacinto Scelsi, le premier mouvement de l'immobile", réalisé par Sebastiano d'Ayala Valva.

Le documentaire "Scelsi, le premier mouvement de l'immobile" primé à l'IDFA
Le documentaire "Scelsi, le premier mouvement de l'immobile" primé à l'IDFA

Mercredi 21 novembre se tenait la remise des prix de l'International Documentary Filmfestival Amsterdam (IDFA), réputé être au documentaire ce que le Festival de Cannes est à la fiction. Parmi les documentaires récompensés cette année, Scelsi, le premier mouvement de l'immobile, sur le compositeur Giacinto Scelsi, a remporté le prix de la meilleure première apparition. Un prix auquel s'accompagne une récompense de 10 000 euros. 

Réalisé par Sebastiano d'Ayala Valva avec la participation de Radio France et d'Arte, Scelsi, le premier mouvement de l'immobile évoque la quête d'un souvenir, celui du réalisateur pour la musique de Giacinto Scelsi (1905 - 1988). Figure troublante de l'histoire de la musique, Scelsi disait recevoir la musique directement des dieux. Une musique qu'il n'écrivait pas, et qui reste encore aujourd’hui difficilement classable.  

C'est justement cette transcendance qu'Adina Pintilie, Ours d'or à Berlin cette année pour son film Touch Me Not, a souhaité souligner lors de son discours de remise du prix. La réalisatrice souligne la « profondeur impressionnante » du documentaire, et ajoute : « S'immergeant dans l'univers fascinant d'un musicien non-conventionnel et controversé, (Sebastiano d'Aayala Valva) nous emmène dans sa propre recherche de sens, nous rappelant la faculté de l'art à transcender les limites de notre condition humaine ».

Partenaire du documentaire, France Musique consacrera une partie de ses programmes à Giacinto Scelsi le 12 décembre prochain. Le documentaire sera diffusé le 17 décembre au cinéma "le Balzac" à Paris, puis à partir du 30 janvier dans toute la France. La musique du documentaire a été enregistrée par l'Orchestre philharmonique et le Choeur de Radio France.