Ruth Mackenzie et Thomas Lauriot dit Prévost vont succéder à Jean-Luc Choplin à la tête du théâtre du Châtelet

Selon nos informations, c’est un binôme composé de Ruth Mackenzie et de Thomas Lauriot dit Prévost qui va prendre la direction du théâtre du Châtelet à Paris après le départ de Jean-Luc Choplin.

Ruth Mackenzie et Thomas Lauriot dit Prévost vont succéder à Jean-Luc Choplin à la tête du théâtre du Châtelet
Théâtre du Châtelet , © Marianne Casamance

Jeudi 15 décembre, dans sa chronique Culture éco diffusée dans la matinale de France Musique, Antoine Pecqueur a dévoilé le nom du successeur de Jean-Luc Choplin à la tête du théâtre du Châtelet. Ils seront deux à prendre la tête de l’institution culturelle parisienne. D'un côté, la Britannique Ruth Mackenzie, actuelle directrice du Festival de Hollande, grande manifestation qui mêle danse, théâtre et musique à Amsterdam. Ruth Mackenzie a également été en charge du volet culturel des Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Dans ses nouvelles fonctions, elle sera accompagnée d’un codirecteur, Thomas Lauriot dit Prévost. Le Français est aujourd’hui gestionnaire financier du théâtre royal de la Monnaie à Bruxelles, et Antoine Pecqueur rappelle que le théâtre du Châtelet ne lui est pas inconnu puisqu'il en fut le directeur administratif sous Jean-Luc Choplin. Un autre binôme était également pressenti, composé de John Berry, ancien directeur artistique de l’English National Opera et d’un autre gestionnaire français.

C’est à la ville de Paris, tutelle du théâtre, que l’on doit ce choix, à la maire Anne Hidalgo et à son premier adjoint en charge de la culture, Bruno Julliard, mais également au président du conseil d’administration du Châtelet, Sébastien Bazin ( PDG de l'opérateur hôtelier AccorHotels ), et enfin très certainement à Jean-Luc Choplin, sans doute consulté.

Les défis qui attendent ce duo

Dans sa chronique, Antoine Pecqueur revient également sur les défis qui attendent cette nouvelle direction. Tout d’abord, ils vont s’emparer d’un théâtre en travaux, puisque le Châtelet ferme pendant deux ans, de janvier 2017 à début 2019.

Puis se pose, d’un point de vue artistique, la question de la poursuite du chemin tracé par Jean-Luc Choplin, celui d'une « une programmation de traverse », avec notamment des comédies musicales et des opéras rock. Ou désireront-ils revenir au modèle du Châtelet « époque Jean-Pierre Brossmann ou Stéphane Lissner » avec des spectacles lyriques qui concurrencent plus directement l’Opéra national de Paris ? Enfin, un défi économique s'annonce : avec une subvention de la ville de Paris en baisse depuis 2013, cette nouvelle équipe devra très certainement faire face à une marge de manœuvre très étroite.