L'Angleterre taille dans les aides consacrées à l'enseignement artistique

Le 20 juillet dernier, le plan de financement des subventions pour l'année 2020-2021 a prévu une réduction de 50% des aides complémentaires pour les enseignements artistiques, au profit des matières de médecine et de soins de santé. Les syndicats dénoncent « un acte de vandalisme ».

L'Angleterre taille dans les aides consacrées à l'enseignement artistique
Gavin Williamson, secrétaire d'Etat à l'éducation britannique., © AFP

Remettre l’accent sur les « industries clés et la fourniture de services publics vitaux » afin de soutenir les « priorités du gouvernement qui ont émergé à la lumière de la pandémie de coronavirus »... voici les arguments contre lesquels s’élèvent les syndicats musicaux britanniques, qui dénoncent « l’une des plus grandes attaques contre les arts et le divertissement dans les universités anglaises de mémoire d’homme ». Le 20 juillet, le bureau des étudiants britannique (Office for Students, ou OfS en anglais) a entériné la décision de réduire les subventions dirigées vers les enseignements artistiques, au profit des matières de médecine et de soins de santé.

Depuis 2017, ce régulateur indépendant distribue des fonds publics à plus de 300 prestataires d’enseignement supérieur en Angleterre ; une lettre annuelle du ministère de l’éducation définit les priorités pour l’année à venir et le montant à distribuer. En avril dernier à l’occasion de la consultation annuelle pour l’année scolaire 2021-2022, le secrétaire à l’éducation, Gavin Williamson, a proposé de diviser de moitié le financement par le bureau des étudiants britanniques dédié à la danse, au théâtre et aux arts du spectacle, à l'art et au design, et aux études sur les médias.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Cette diminution de 36 à 19 millions de livres était proposée afin de réorienter les fonds vers les « domaines politiques et les priorités du gouvernement » : la médecine et les soins de santé. Un document publié en mai par l’OfS précisait, s’agissant des domaines concernés, que « le gouvernement ne les considère pas comme étant aussi stratégiquement importants que d'autres disciplines à coût élevé ».

La première levée de bouclier des syndicats musicaux au printemps dernier a suscité des réactions fortes à l’annonce de l’adoption de cette nouvelle mesure. Jo Grady, secrétaire général de l’Union des universités et collèges (UCU) a qualifié cette mesure d’« acte de vandalisme » ; celle-ci affecterait les étudiants issus des minorités : noirs, asiatiques, ethniques minoritaires, et milieux socio-économiques faibles en érigeant un nouvel obstacle à l’enseignement supérieur.

La campagne publique pour les arts dénonce quant à elle « une attaque contre l'avenir des arts britanniques, le potentiel créatif de la prochaine génération et les personnes qui dispensent nos cours d'art de premier plan. »