Roselyne Bachelot déclare faire "tout" pour la réouverture des lieux culturels

Invitée sur France Info vendredi 8 janvier, la ministre de la Culture n'avance pas de date pour la réouverture des lieux de culture, et n'exclut pas la possibilité de faire tester les spectateurs avant l'accès aux salles de spectacle.

Roselyne Bachelot déclare faire "tout" pour la réouverture des lieux culturels
Roselyne Bachelot, invitée de France Info, vendredi 8 janvier.

Au lendemain des annonces de Jean Castex repoussant la réouverture des lieux culturels de trois semaines, Roselyne Bachelot a fait le point sur les principales mesures concernant principalement la réouverture des lieux culturels. 

Concernant la situation actuelle et les réunions durant la période des fêtes de fin d'année, Roselyne Bachelot a précisé que "nous sommes en pleine incertitude, nous attendons l'impact sur la pandémie et de ce nouveau variant. Tout cela change beaucoup la donne pour prendre des décisions."

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La ministre a affirmé qu'elle fait "tout pour que ce soit possible." Elle a toutefois mis un bémol concernant une date précise, en ajoutant "ne recommençons pas à enfermer la décision politique dans des dates". Roselyne Bachelot a aussi ajouté qu'elle ne prend "pas d'engagement" pour une réouverture début février. 

La ministre de la Culture a évoqué un "_calendrier glissan_t" pour mettre en place un échelonnement de réouverture des musées, des cinémas et des salles de spectacle en précisant que les musées et les monuments pourraient rouvrir en premier avec "des conditions de jauges qui sont à étudier."

Pour ce qui est des festivals d'été, Roselyne Bachelot a voulu "donner un message d'espoir : les festivals d'été, on doit pouvoir y arriver" tout en affirmant qu'elle mettait "ses tripes sur la table pour protéger le monde de la culture.

Roselyne Bachelot dit avoir regardé "avec beaucoup d'intérêt" l'expérience scientifique d'un concert à Barcelone en décembre regroupant 463 personnes munies d'un masque FFP2 et regroupées dans une salle à moitié pleine et aérée. Aucun participant n'a contracté le virus durant cette expérience. 

Elle a également évoqué la mise en place de "conditions qui sont effectivement très strictes, qui imposeraient au minimum le fait d'avoir un test négatif pour rentrer dans les salles. Je trouve que ce serait une excellente chose. Cela suppose de labéliser des salles." 

La ministre de la Culture a affirmé qu'elle allait "en parler avec les professionnels du spectacle" qu'elle doit recevoir dans l'après-midi.