Rome : Eleonora Abbagnato accusée de maltraiter ses danseurs

Directrice du ballet de l'Opéra de Rome et danseuse étoile du ballet de l'Opéra de Paris, Eleonora Abbagnato est accusée d'avoir insulté et menacé ses danseurs lors des répétitions de Roméo et Juliette.

Rome : Eleonora Abbagnato accusée de maltraiter ses danseurs
Rome : Eleonora Abbagnato accusée de maltraiter les danseurs , © AFP

Dans une lettre envoyée au surintendant de l'Opéra de Rome Carlo Fuente, les représentants syndicaux accusent la directrice du ballet Eleonora Abbagnato d'avoir insulté les artistes, et « gravement porté atteinte à la dignité personnelle et professionnelle des danseurs ».

Relayé par le Corriere della Sera, l'événement se serait déroulé le 25 juillet dernier, pendant une répétition de Roméo et Juliette de Prokofiev, aux thermes de Caracalla. « Allez tous vous faire enculer » aurait dit Eleonora Abbagnato aux danseurs, accompagnant ses parole d'un bras d'honneur. La directrice du ballet aurait également qualifié son institution de « théâtre de merde », et menacé certains danseurs de ne pas renouveler leur contrat.  

Si les circonstances de l'altercation sont inconnues, le journal italien évoque un « lourd climat » qui règne au sein de l'institution romaine. Reconduite en janvier dernier pour trois ans, Eleonora Abbagnato se voit également reprocher par le syndicat son manque de présence auprès de la troupe, et le fait de déléguer trop souvent à des assistants la préparation des ballets. 

Etoile du Ballet de l'Opéra de Paris, Eleonora Abbagnato a profondément modifié l'institution romaine depuis son arrivée en 2015. La directrice a ouvert le répertoire aux chorégraphes contemporains, augmenté le nombre de productions et contribué au redressement budgétaire du ballet. Un bilan salué par Giuseppe Piccone, le directeur du Teatro San Carlo (Naples), qui condamne vivement les accusations des syndicats romains. Dans ses propos rapportés par l'agence de presse AdnKronos, Giuseppe Picone leur reproche de ne pas avoir convoqué leur surintendant, et d'avoir rendu publique leur lettre, un comportement selon lui « scandaleux et répréhensible ».   

Interrogé par plusieurs médias italiens, le Teatro del'Opera de Rome a déclaré mener son enquête.