Roberto Alagna, « Samson, c’est notre Tristan à nous »

Après une première prise de rôle dans l’opéra de Camille Saint-Saëns à Vienne en mai 2018, Roberto Alagna chantera le rôle de Samson dans une version de concert au Théâtre des Champs Elysées, les 12 et 15 juin 2018.

Roberto Alagna, « Samson, c’est notre Tristan à nous »
Roberto Alagna dans Le Trouvère de Verdi (Londres, 2009), © Getty / Robbie Jack

En mai 2018, le public du Staatsoper de Vienne découvrait Roberto Alagna dans un tout nouveau rôle pour le ténor, celui de Samson. Les 12 et 15 juin, c’est le public français qui est invité à assister à cette prise de rôle, avec un Samson et Dalila en version concert au Théâtre des Champs Elysées. 

Roberto Alagna sera aux côtés de Marie-Nicole Lemieuxet Laurent Naouri au Théâtre des Champs Elysées pour un Samson et Dalila avec l’Orchestre national de France. C’est dans le cadre des Grandes Voix que ce concert est organisé et le ténor explique pourquoi ce personnage lui tenait particulièrement à cœur :  «  Quand j’étais enfant, mon arrière-grand-mère nous racontait la bible, avec un talent de conteuse, elle enjolivait et les personnages devenaient encore plus beaux, plus forts, plus héroïques, et je me souviens que mon personnage préféré c’était Samson. Pourquoi Samson ? Pour la légende, les cheveux, cette homme qui a une force surhumaine qui va succomber à cette femme, donc très fragile en même temps. » Il ajoute que d’un point de vue lyrique, « c’est l’apothéose des rôles français quand on chante Samson : c’est un peu notre Tristan à nous, c’est notre Graal ».

« Entrer avec humilité dans le monde de Saint-Saëns »

Les 12 et 15 juin, c’est donc en version de concert que sera donné Samson et Dalila. Un exercice particulier explique le chanteur : « Sans mise en scène, avec les partitions, c’est comme si on se recueillait, c’est comme s’il y avait quelque chose de mystique. C’est un oratorio cet opéra. Donc je pense qu’il faut en faire le moins possible, se concentrer sur la musique, sur le chant, et entrer avec humilité dans le monde de Saint-Saëns ». 

Son entrée dans la peau de Samson a en tout cas été vivement salué à Vienne par la presse. Les critiques ont été dithyrambiques ce qui, naturellement, fait plaisir à l’artiste « Depuis quelques temps, j’ai des bonnes critiques, je ne sais pas pourquoi, alors que j’ai eu beaucoup de mauvaises critiques pendant des années. Peut-être qu’on commence à s’habituer à Roberto, je sais pas comment l’expliquer mais ça me fait plaisir c’est certain ! ». Il déclare lire toutes les critiques, même les plus difficiles, « je ne suis pas quelqu’un qui se laisse abattre ou qui entre en dépression, au contraire, les mauvaises critiques ça me motive encore plus, mais bon je préfère quand elles sont bonnes ! »

Le concert sera diffusé sur France Musique le dimanche 24 juin.