Riccardo Muti, lauréat du Praemium Imperiale, le « Nobel des arts »

Le chef d'orchestre italien Riccardo Muti est lauréat du 30e Praemium Imperiale, considéré comme le « prix Nobel des arts ». Décernée par la Japan Art Association, cette distinction a également été remise à trois Français : Catherine Deneuve, Pierre Alechinsky et Christian de Portzamparc.

Riccardo Muti, lauréat du Praemium Imperiale, le « Nobel des arts »
Riccardo Muti, 77 ans, est lauréat du 30e Praemium Imperiale, l'équivalent du « Nobel des arts », © Getty / Vincenzo Lombardo

A 77 ans, Riccardo Muti vient de recevoir un prestigieux prix pour saluer sa belle et longue carrière de chef d'orchestre. L'Italien fait partie des cinq lauréats à recevoir le Praemium Imperiale cette année, distinction décernée depuis 1988 par la famille impériale du Japon, au nom de la Japan Art Association. Riccardo Muti a été à la tête des plus grands orchestres au monde. En 1971, il fut invité par Karajan à diriger au Festival de Salzbourg, inaugurant une collaboration ininterrompue jusqu'à aujourd'hui, avec le festival autrichien. 

Selon l'organisation du Praemium Imperiale, Muti est considéré comme le « Maestro parmi les maestros ». Sa contribution musicale, spécialement au profit des opéras de Verdi, a été qualifiée « d'historique ». Son engagement auprès des jeunes chefs et des chanteurs d'opéra exercé au travers de l'Itatlian Opera Academy, qu'il a fondée, a été également salué. 

Le palmarès a été annoncé mercredi 11 juillet à Paris et chacun des cinq lauréats recevra la somme de 15 millions de yens (environ 117.000 euros) lors d'une cérémonie le 23 octobre à Tokyo de la part du prince Hitachi, frère cadet de l'empereur Akihito. La bourse pour les jeunes artistes, créée en 1997, a, elle, été attribuée à la Shakespeare Schools Foundation, au Royaume-Uni, qui organise depuis 2000 le plus grand festival de théâtre de jeunesse au monde.  

Cette année, trois français sont récompensés de ce prestigieux prix. Avec plus de cinquante ans de carrière, Catherine Deneuve est une des plus grandes actrices françaises, indissociable de l'oeuvre de Jacques Demy (Les parapluies de Cherbourg), de Luis Bunuel (Belle de jour) et de François Truffaut (Le dernier métro). L'actrice sera bientôt à l'affiche du prochain film de Kore-Eda, lauréat de la Palme d'or 2018 à Cannes.    

Âgé de 90 ans, le peintre et graveur franco-belge Pierre Alechinsky a été salué pour son oeuvre à mi-chemin entre expressionnisme et surréalisme. Une de ses œuvres, une tapisserie monumentale, orne le bureau du président Emmanuel Macron à l'Elysée. Figure phare du groupe avant-gardiste CoBrA dans l'Europe d'après-guerre, Alechinsky s'est beaucoup inspiré de la calligraphie japonaise. « Ce n'est pas seulement un honneur, mais un bonheur (...) Je pense à mes amis disparus de CoBrA et je m'étonne d'être », a confié Pierre Alechinsky, assurant à l'AFP que ce prix est pour lui « totalement inattendu ».  

Parmi les autres lauréats, figure Christian de Portzamparc, 74 ans. Premier lauréat français du prestigieux prix Pritzker, il est un des grands artisans du renouveau de l'architecture française, grâce à une oeuvre ne relevant ni du classicisme ni du modernisme. On lui doit notamment l'ambassade de France à Berlin, la Cité de la musique à Paris, le musée Hergé en Belgique et plus récemment la Prism Tower à New York (début 2017).  

Le Praemium Imperiale a également récompensé la Japonaise Fujiko Nakaya, 85 ans, pour la sculpture. Connue comme « la sculptrice du brouillard », elle crée des sculptures vaporeuses, certaines temporaires, et manifeste un vif intérêt pour les questions environnementales. Près de 150 artistes ont déjà été primés parmi lesquels le cinéaste suédois Ingmar Bergman, le compositeur américain Leonard Bernstein ou le plasticien britannique Anish Kapoor.

Avec AFP