Rencontre avec Anna Rakitina, demi-finaliste du Concours Svetlanov 2018

Depuis le 4 septembre, l'Auditorium de Radio France vibre au son du Concours International de Chefs d’orchestre Evgeny Svetlanov 2018. Après deux jours d'épreuve, huit candidats ont été sélectionnés pour participer aux demi-finales. Rencontre avec l'une d'entre eux, la Russe Anna Rakitina.

Rencontre avec Anna Rakitina, demi-finaliste du Concours Svetlanov 2018
Anna Rakitina, demi-finaliste du Concours Svetlanov, © Olesya Okuneva

Anna Rakitina débute sa carrière en tant que violoniste, et étudie la direction d’orchestre au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou dans la classe du professeur Stanislav Diachenko. Depuis 2016, elle continue ses études à l’École supérieure de musique et de théâtre de Hambourg.

En 2018, elle est invitée par l’Orchestre philharmonique George Enescu de Bucarest et l’Orchestre symphonique d’État de Moscou.

France Musique : Comment êtes-vous arrivé à la direction d'orchestre ?

Il y a 6 ou 7 ans je finissais des études de musicologie et je voulais juste essayer, connaître les sensations, donc j'ai commencé la direction d'orchestre, ça s'est passait bien et j'ai choisi de continuer. J'ai commencé comme violoniste mais j'ai arrêté pour mes études. 

Quel est le plus grand challenge pour vous dans ce Concours Svetlanov ? 

Toute compétition est un challenge. Mais ce concours est connecté à un grand chef d'orchestre du passé, ce qui en fait une compétition spéciale, avec un fort héritage. Pour tout le monde c'est difficile, si les autres disent le contraire, ils mentent (rires). C'est stressant d'attendre avant de monter sur scène, et montrer tout ce que tu peux en 20 minutes. Souvent je fais trop, j'ai du mal à garder le contrôle, ce qui en fait mon plus gros challenge, de gérer mon excitation. 

Parmi le répertoire proposé lors du concours, est-ce qu'une des œuvres vous touche plus que les autres ? 

Aujourd'hui, on a répété l'ouverture de Coriolan de Beethoven, qui est une de mes oeuvres préférées du compositeur. Vendredi on répétera deux autres oeuvres que j'aime beaucoup : le concerto pour violon de Sibelius et la Symphonie n°6 de Tchaïkovski. Le répertoire de cette compétition est comme un cadeau pour moi. 

Propos recueillis par Mélissa Lesnie et Aliette de Laleu