Quelle est la dernière œuvre que vous joueriez sur scène s'il ne vous restait que trois mois à vivre ?

Le média américain The Violin Channel a demandé à plusieurs musiciens, des violonistes et des violoncellistes, quelles œuvres ils aimeraient interpréter pour un dernier récital, s’il ne leur restait que trois mois à vivre.

Quelle est la dernière œuvre que vous joueriez sur scène s'il ne vous restait que trois mois à vivre ?
The Violin Channel a demandé aux musiciens quelles œuvres ils choisiraient pour un dernier concert, © Getty / Erik Witsoe

« S’il ne vous restait que trois mois à vivre, quelles œuvres aimeriez-vous interpréter lors d’un dernier récital ? » C'est la question qu'a posée le média américain The Violin Channel à une quarantaine de musiciens, des violonistes et des violoncellistes. Voici leurs réponses.

Plusieurs déclarent que, s’il ne leur restait que trois mois avant de mourir, c'est avec leur famille qu'ils les passeraient, plutôt que sur scène. « S’il ne me restait que trois mois à vivre, choisir des morceaux pour un dernier concert, c’est bien la dernière chose à laquelle je penserais… J’aurais plutôt envie de passer du temps avec mes amis et ma famille », affirme ainsi le violoniste David Garett. Il est rejoint par les violonistes Julia Fischer et James Ehnes qui assurent préférer rester avec les gens qu’ils aiment.

« C’est marrant, à chaque concert je joue comme si c’était le dernier et j’aime beaucoup trop d’œuvres pour ne sélectionner que quelques-unes. Mais trois mois à vivre, sérieusement ? J’aurais franchement mieux à faire que de répéter pour un concert d’adieux », annonce de son côté le violoniste Rudolf Koelman. Pour éviter les répétitions, le premier violon de l’Orchestre symphonique de Londres, Maxine Kwok-Adams a ainsi une autre idée « J’engagerais un orchestre qui interprétera la Symphonie n°2 de Mahler, la Résurrection ».

Parmi les compositeurs cités par les autres musiciens, moins effrayés à l’idée de donner un dernier concert, Bach et Schubert sont largement les plus plébiscités. « Je ne jouerais rien de sentimental », affirme ainsi le violoniste Igor Pikayzen, qui mentionne Bach, le Concerto pour violon de Beethoven, Souvenir d’un lieu cher de Tchaïkovski, du Paganini et Ysaÿe. Il ajoute « finalement, la mort sera un repos bien mérité après un tel programme. »

Le violoncelliste Gautier Capuçon prévoit lui aussi un très riche programme : une nuit spéciale avec « toutes les œuvres pour violoncelle et piano ». Un choix assez différent de celui d'un autre violoncelliste, Johannes Meser qui répond « 4’33 de John Cage ».