Quand les douaniers américains prennent des flûtes pour des « bouts de bois »

Quelques explications dans l’affaire, évoquée lundi, de la destruction des flûtes de Boujemaa Razgui lors d’un contrôle à l’aéroport JFK de New York :

Quand les douaniers américains prennent des flûtes pour des « bouts de bois »
Boujemaa Razgui

faites de bambou, les douaniers les ont considérées comme un produit agricole susceptible d’importer aux Etats-Unis une souche végétale pathogène, ajoutant qu’ils ne s’étaient pas rendu compte qu’il s’agissait d’instrument de musique, croyant détruire, « de simples bouts de bois ».

**Dépêches-notes

**