Première montpelliéraine pour Victor Julien-Laferrière : « Tout est nouveau pour moi »

Le violoncelliste Victor Julien-Laferrière, récemment couronné d’une Victoire de la musique classique, participait pour la première fois au Festival Radio France Occitanie Montpellier, en donnant deux récitals lundi 16 juillet.

Première montpelliéraine pour Victor Julien-Laferrière : « Tout est nouveau pour moi »
Victor Julien-Laferrière, © Maxppp / STEPHANIE LECOCQ

C’est sous les acclamations d’une salle pleine que Victor Julien-Laferrière a terminé son premier concert au Festival Radio France Occitanie Montpellier. Le violoncelliste se produisait au Corum, à Montpellier, accompagné par le pianiste Jonas Vitaud, dans un programme mêlant Brahms, Connesson et Chostakovitch. « Tout est nouveau pour moi, la ville, le festival et le principe des concerts gratuits », déclare le musicien qui était programmé dans le cadre des concerts gratuits de 12h30. Il ajoute avoir été « ravi » de voir autant de monde, « je n’ai pas scruté la salle mais j’ai cru voir beaucoup de jeunes et cela fait toujours plaisir ».  

Victor Julien-Laferrière explique qu’il n’est pas fréquent de jouer en plein milieu de la journée, surtout un récital. Pour lui, cette expérience est assez particulière car il n'est pas « dans le même état émotionnel et physique que le soir, la concentration a tendance à divaguer un peu plus, donc on s’adapte ! », ajoute-t-il. Quelques heures plus tard, Victor Julien-Laferrière était attendu à Villeneuve-les-Maguelone (Hérault), pour interpréter trois des six Suites pour violoncelles seul de Bach. « Ça n’est pas fréquent non plus de donner deux concerts dans la même journée », déclare-t-il. L'artiste explique que c’est une situation qu’il tente habituellement d’éviter car cela demande un investissement musculaire important et beaucoup de concentration. Il ajoute cependant que ces formats « font partie de la particularité des festivals d’été. »

Musicien doublement récompensé  

Grand vainqueur en 2017 de la première édition du Concours Reine Elisabeth dédiée au violoncelle,  puis de la Victoire de la Musique Classique dans la catégorie soliste instrumental, il explique que, depuis, le nombre de concerts qu’il donne n'a pas changé, mais que la part « des représentations en soliste et les récitals » a augmenté. Se décrivant lui-même comme un « boulimique musical », le musicien de 27 ans raconte avoir toujours espéré connaître une période aussi faste, même s’il elle ne devait pas durer tout sa vie. A en juger par le succès de cette première représentation montpelliéraine, et par toutes les autres, il y cependant a fort à parier qu’elle devrait durer encore plusieurs années.