Pourquoi la série Mozart in the jungle a reçu deux Golden Globes

La série “Mozart in the jungle”, produite par Amazon et diffusée depuis 2014, a été récompensée dimanche 10 janvier 2016 de deux Golden Globes dans la catégorie “comédie”, l'occasion d'explorer les pistes de son succès.

Pourquoi la série Mozart in the jungle a reçu deux Golden Globes
L'équipe de la série Mozart in the jungle à la cérémonie des Golden Globes ©MichaelOwenBaker/Corbis

La série Mozart in the jungle a reçu deux Golden Globes dans la catégorie comédie lors de la cérémonie du 10 janvier 2016. Le premier est décerné à la série et le second à l’acteur mexicain Gael García Bernal qui joue le rôle du chef d’orchestre Rodrigo. Pourquoi une série sur un sujet aussi discret que la musique classique plaît-il ?

«Nous avons beaucoup de chance de faire une série qui rend hommage aux musiciens», a déclaré le réalisateur Paul Weitz lors de la remise du prix pour la série. Plus qu’un hommage, la série, adaptée du roman Sexe, drogue et musique classique écrit par la hautboïste américaine Blair Tindall, dépeint les dessous de l’Orchestre philharmonique de New York après la nomination d’un jeune chef d’orchestre, Rodrigo.

L’arrivée de ce jeune chef bouleverse la routine des musiciens et de l’administration. Sa vision de la musique classique et ses méthodes de travail ne plaisent pas à son prédécesseur, un chef d’orchestre plus traditionnel interprété par Malcolm McDowell. De la tension entre les deux hommes naît une première saison où se reflètent les conflits que peuvent connaître certaines structures, et un monde musical partagé entre ancienne et nouvelle génération.

Le personnage de Rodrigo est d’ailleurs largement inspiré du jeune chef vénézuélien Gustavo Dudamel. Dans la série, il incarne le fer de lance d’une musique classique inscrite dans son époque, quitte à se mettre à dos le public, ses supérieurs et son prédécesseur comme lorsqu’il va faire répéter l’orchestre sur un terrain vague d’une banlieue populaire new yorkaise. Ce clivage sert la série en mettant en avant la spontanéité du nouveau chef. Ainsi, le personnage de Rodrigo n’a pas un rôle de perturbateur, mais plutôt de jeune chef naïf, rempli de bonnes intentions pour son orchestre et son public.

Au delà de l’apparence physique, Rodrigo incarne le jeune chef d’orchestre dynamique et photogénique dont la nature charme les mécènes et attire de nouveaux publics. Une fois encore, la référence à Gustavo Dudamel n’est pas fortuite : à Los Angeles, le directeur artistique de l’orchestre philharmonique joue une part essentielle dans ces deux domaines, la billetterie représentant 57% et le mécénat 32% des 115 millions de dollars de budget.

Progressivement, la série met en lumière les musiciens de l’orchestre, révélant des histoires d’amour, de sexe ou de drogue... Mozart in the jungle dresse un portrait différent de ce milieu (trop) souvent caricaturé comme vieux, démodé, voire coincé. Tout du moins, la série ôte la cloche de verre dans laquelle sont bien souvent placés les acteurs de la vie musicale, et les replacent dans leurs problèmes humains et quotidiens : violoncelliste éprise du chef d’orchestre, percussionniste dealer de médicaments…

L’orchestre et la musique classique servent de cadre à une histoire comme on peut en voir dans tant d’autres séries et le scénario trouve son originalité dans les personnages qui ne sont plus médecins, policiers ou colocataires, mais musiciens, chefs d’orchestre ou administrateurs de salle de concert. Avec en prime, une bande originale 100% classique, Mozart in the jungle a trouvé son public. Un succès confirmé, puisque la deuxième saison a été lancée sur la plateforme de streaming Amazon le 30 décembre dernier.

Sur le même thème