Pourquoi il est difficile de prendre l’avion quand on est musicien

Il est de plus en plus difficile pour les musiciens de voyager en avion sans rencontrer de problème. Depuis la rentrée, de nombreux incidents sont rapportés par les artistes : instruments cassés, musiciens bloqués à l’aéroport ou voyage avec les instruments sans housse…

Pourquoi il est difficile de prendre l’avion quand on est musicien
Instruments cassé dans avion

Depuis la rentrée, de nombreux musiciens partagent sur les réseaux sociaux leurs mauvaises expériences à l'aéroport ou dans l'avion. Plusieurs paramètres entrent en jeu quand il s'agit de voyager avec un instrument. Il faut se confronter aux lois de sécurité qui changent vite, et arriver plus qu'en avance pour espérer trouver une place pour son instrument.

Une nuit à dormir dans un aéroport

La violoniste RachelBartonPine a passé la nuit à dormir sur le sol de l’aéroport de Phoenix avec son mari et sa fille. La raison ? US Airways a refusé de la prendre à bord, n’ayant plus de place disponible pour mettre son précieux violon : un Guarnerius (seulement 75 exemplaires dans le monde).

Rachel Barton Pine
Rachel Barton Pine

« Nous avons eu du retard en voulant rendre la voiture de location », explique la musicienne. « Nous sommes donc finalement arrivés dans les derniers, continue Rachel Barton Pine, un agent m’a dit qu’il n’y avait plus de place pour mon violon dans les rangements au dessus des sièges. En insistant un peu, je suis arrivée à entrer dans l’avion s’il était possible de s’arranger pour trouver de la place. »

Mais les hôtesses de l’air et stewards sont réticents à l’idée de déplacer quelques sacs et affaires pour faire de la place à l’instrument précieux. La famille n’a plus qu’à passer la nuit à l’aéroport pour prendre le premier avion du lendemain. Dans son message, la violoniste souligne le fait que « tous le personnel d’US Ariways est resté très professionnel. Si je partage ce message c’est pour montrer à quel point il est important de faciliter l’accès des instruments dans les vols. »

Les instruments cassés pendant le voyage

Deux contrebasses cassées en trois jours. C’est le bilan de l’aéroport d’Atlanta aux Etats-Unis au début du mois de septembre. Le premier à subir cet incident est Karl Fenner. Après avoir remporté une audition de contrebasse à l’Atlanta Symphony Orchestra, le musicien a pris un vol pour rentrer chez lui dans le Colorado.

La joie est vite redescendue quand il a découvert son instrument à la sortie de son avion. Les dégâts sont colossaux : l’instrument s’est littéralement cassé en deux. Sur sa page Facebook, il déplore Southwest Airlines et le TSA (Administration de la sécurité des transports) en postant une photo de sa contrebasse cassée : « Je vous ai fait confiance pendant 9 ans pour s’occuper de mon bébé et maintenant ça. La housse est aussi très abimée. Très déçu. Pourquoi ? »

Karl Fenner
Karl Fenner

Milton Masciadri, professeur de contrebasse s’est aussi retrouvé avec un instrument brisé à la fin de son vol qui reliait Atlanta et Arkansas. Il explique que la compagnie « n’a pas réussi à attacher correctement la ceinture autour de la housse de l’instrument après son inspection. » Même scénario que Karl Fenner : la tête de l’instrument est complètement cassée…

Depuis, le musicien a annoncé qu’il faudra trois mois pour réparer sa contrebasse de 1690 pour un coût de 8000$. Et que la compagnie aérienne l’a beaucoup aidé et paiera pour les dommages.

Impossibilité d’embarquer avec des instruments

Trois membres de l’Orchestre symphonique de Boston sont restés bloqués quelques heures en Europe après deux semaines de tournée. Toby Oft, tromboniste principal de l’orchestre a live-tweeté ce blocage en essayant de comprendre pourquoi après plusieurs jours de vols, ils ne pouvaient plus voyager. D’après le directeur de l’orchestre qui a suivi cette mésaventure, le vol était plein, ce qui veut dire qu’il est difficile de faire de la place pour des instruments dans les petits compartiments de l’avion.

Comme d’habitude dans ce cas, la seule solution proposée aux artistes est de mettre leurs instruments en soute, ce qu’ils refusent de faire, de peur de voir leurs précieux outils de travail abîmés.

D’après la compagnie aérienne, ce sont les nouvelles règles imposées pour les bagages à main qui ont compliqué l’embarquement des musiciens et de leurs instruments. Mais l’histoire finit bien puisque les trois artistes ont finalement embarqué dans l’avion, avec leurs instruments.

Artistes restés sur le tarmac avec leurs instruments :

Ils étaient presque à bord, mais au dernier moment, leur entrée dans l’avion a été refusée. Pour protester, Nicholas Kendall et Zachary DePue, deux violonistes du trio Time for Three, ont sorti leurs instruments et joué un peu de Bach sur le tarmac.

La scène se déroule à l’aéroport de Charlotte (toujours aux Etats-Unis), quand les deux jeunes musiciens veulent embarquer, un membre de l’équipage les averti que la FAA (administration fédérale de l’aviation) interdit les instruments de musique à bord de l’avion.

Finalement, ils ont pu embarquer, mais dans un autre avion, quelques heures après cet épisode malheureux. Pour protester contre cet abus, puisque les petits instruments (en l’occurrence ici des violons) sont autorisés à bord dans la limite des places disponibles, les artistes ont publié une vidéo et partagé leur mésaventure sur les réseaux sociaux pour « devenir une voix pour des milliers de musiciens ».

Obligés de voyager avec leurs instruments à la main :

Piégés eux aussi par le manque de place pour les instruments de musique dans les cabines au-dessus des sièges, le quatuor Voce a voyagé instruments à la main, hors de leurs étuis. Juste avant de décoller, la sécurité est allée voir les trois membres du quatuor pour leur demander d’enlever les instruments de leurs protections. Ils ont donc décollé de l’aéroport Paris Orly, avec la compagnie Vueling, instruments sur les genoux…

Sur le même thème