Pluie d’hommages suite à la disparition de Sir Neville Marriner

On a appris le décès, dimanche 2 octobre, de Sir Neville Marriner. Sa disparition a été annoncée par l’Académie Saint-Martin-In-the-Fields qu’il a fondé en 1958. Et depuis, la presse du monde entier a relayé la nouvelle.

Pluie d’hommages suite à la disparition de Sir Neville Marriner
Sir Neville Marriner ©Getty

Au lendemain de l’annonce de la disparition de Neville Marriner, survenue dans la nuit du dimanche 2 octobre, les médias du monde entier reviennent sur la riche carrière musicale du chef britannique.

En Grande-Bretagne, le Guardian parle de la mort de l’un des « plus grands chefs d’orchestre au monde ». Sir Neville Marriner continuait, rappelle le journaliste, « à diriger même après ses 90 ans ». Et beaucoup de journaux soulignent ce lundi 3 octobre la vitalité du musicien : « elle contredisait son âge » écrit El Pais en Espagne. Il Fatto Quotidiano en Italie raconte que la semaine précédant sa disparition, Neville Marriner célébrait encore le 50e anniversaire de l’Orchestre de Padoue et de la Vénétie en dirigeant trois symphonies de Mozart, un compositeur auquel le chef britannique restera profondément lié. Les journalistes rendent également hommage à la musique qu’il a enregistré pour le film Amadeus de Milos Forman« l’une des meilleures ventes de l’histoire de la musique classique » écrit le Washington Post (6,5 millions d’exemplaires vendus à travers le monde).

Mais c’est surtout sur le succès de l’Académie St-Martin-In-the-Fields que les médias s’arrêtent au lendemain de sa disparition. Le New York Times, qui titre sur la disparition d’un « musicien prolifique et acclamé », raconte l’histoire de cet orchestre « qui après des débuts modestes a grandi pour devenir un ensemble majeur ».

Le travail et la personne de Neville Marriner sont salués de tous. Le monde musical lui rend également hommage, comme l’Orchestre Symphonique de Londres, dont Neville Marriner a été premier violon : « nous envoyons de l’amour à sa famille » publie l’orchestre sur Twitter. Joshua Bell, qui a succédé à Neville Marriner au poste de directeur musical de l’Académie St-Martin-in-the-Field, se dit profondément attristé par la disparition de l’un des hommes les plus extraordinaires qu’il ait rencontré. En France, Renaud Capuçon écrit que le « musicien nous manquera à tous », lui qui était un « éternel soleil de musique ».

Sur le même thème