Pluie d’hommages pour Jean-Claude Malgoire

De nombreux artistes et plusieurs institutions ont salué la mémoire de Jean-Claude Malgoire après l’annonce de sa disparition, dans la nuit du 13 au 14 avril 2018. Tous font part de sa générosité et de l’immense héritage laissé par le chef d'orchestre et hautboïste.

Pluie d’hommages pour Jean-Claude Malgoire
Jean-Claude Malgoire, © Maxppp / Pierre Le Masson

Pionnier « de la musique ancienne » et du « renouveau baroque », représentant « des baroqueux » et du « jeu historiquement informé »... La presse rend largement hommage à Jean-Claude Malgoire, chef d’orchestre et hautboïste qui nous a quittés dans la nuit du 13 au 14 avril 2018, à l’âge de 77 ans. 

« Bon vivant à l’accent méridional », Jean-Claude Malgoire était, avant tout « un grand musicien », écrit pour Le Monde, Renaud Machart. « Extraordinairement actif », il a « inlassablement exhumé et fait connaitre des œuvres et des auteurs jadis enfouis du répertoire », peut-on lire dans Libération. Le fondateur de l’ensemble La Grande Écurie et la Chambre du Roy était également un grand pédagogue, passionné par la transmission. L’Atelier Lyrique, dont il prend la direction en 1981 à Tourcoing, voit ainsi passer de jeunes débutants à l’époque, devenus des artistes très reconnus , Véronique Gens, Stéphanie d’Oustrac, Sabine Devieilhe ou encore Philippe Jaroussky

Le monde de la musique baroque rend aujourd’hui hommage à l'immense artiste sur les réseaux sociaux. Le chef Raphael Pichon se remémore un « homme d’une immense valeur et d’une générosité sans égale ». « Le monde de la musique ancienne perd l’un de ses guides » écrit Emmanuelle Haïm. Christophe Rousset lui a également dédié un long texte d’au revoir, « le monde baroque français est orphelin depuis aujourd’hui ». 

A ces mots d’adieux s’ajoutent ceux de Gregory Reinhart, Fabrice di Falco, Anna Reinhold, le Centre de musique baroque de Versailles, mais aussi, Françoise Nyssen, la ministre de la Culture qui écrit « Jean-Claude Malgoire a su nous faire partager avec générosité, à la tête de la Grande Écurie, sa passion pour les grandes œuvres musicales du XVIIe au XXIe siècle ». 

La maire de Lille, Martine Aubry et le maire de Tourcoing, Gerald Darmanin, lui ont également rendu hommage. « Au nom de la Ville de Tourcoing, je veux dire combien notre commune perd un de ses acteurs culturels les plus remarquables », déclare Gerald Darmanin qui ajoute souhaiter personnellement qu’un lieu de la ville « porte son nom en symbole de sa volonté de transmettre sa passion à tous les Tourquennois ».