Playlist - Happy birthday Mr Britten !

Né le 22 novembre 1913, quelle meilleure façon de fêter l'anniversaire du compositeur britannique Benjamin Britten qu'en écoutant une sélection de ses œuvres ? Voici une playlist pour (re)découvrir la musique du « Great Britten » !

Playlist - Happy birthday Mr Britten !
Le compositeur britannique Benjamin Britten (1913-1976), © Getty / ullstein bild Dtl.

The Young Person's Guide to the Orchestra (1945)

L'une des oeuvres les plus connues du compositeur ! Il est difficile de ne pas entendre le fameux thème de The Young Person's Guide to the Orchestra lorsque l'on entend le nom Benjamin Britten. Sous-titrée Variations And Fugue On A Theme Of Henry Purcell, l'oeuvre pour orchestre s'inspire d'un simple thème composé par Henry Purcell en 1695, extrait d'une musique instrumentale pour la pièce de théâtre Abdelazer de la dramaturge et romancière anglaise Aphra Behn. À travers ce thème, Britten met en avant les différentes couleurs et textures de l'orchestre symphonique moderne, et les timbres variés de chaque instrument : une oeuvre pédagogique parfaite pour les enfants mais d'une profonde beauté musicale  !

A Ceremony of Carols (1942)

Composée en 1942 alors que Britten traversait l'Atlantique suite à un séjour aux États-Unis, l'oeuvre pour chœur d'enfants avec harpe est composée de 11 parties, chacune inspirée d'un texte médiéval de noël. There is no rose admire la beauté de la naissance du Christ avec un chant doux, à la manière d'une prière, dans une langue macaronique (un mélange d'anglais et de latin).

Les Illuminations (1939)

Les Illuminations op.18 est un cycle de chansons en français pour soprano ou ténor et orchestre à cordes. Commencé en mars 1939 dans le Suffolk, Britten terminera son cycle aux États-Unis après avoir quitté le Royaume-Uni par objection de conscience à la Deuxième Guerre mondiale. Inspiré des 42 poèmes qui constituent Les Illuminations d'Arthur Rimbaud, écrits entre 1872 et 1873, Britten est l'un des rares compositeurs à s'inspirer de l'œuvre de Rimbaud, ignorée par de nombreux compositeurs français pour le manque de mètre régulier et les allusions homo-érotiques soi-disant cachées parmi les textes.

Saint Nicolas Cantata (1948)

Écrite entre 1947 et 1948 pour les célébrations du centenaire du Lancing College dans le Sussex le 24 juillet 1948, la cantate Saint Nicolas Op.42 est une des rares œuvres de Benjamin Britten composées pour un effectif de musiciens amateurs (choeur mixte, soliste ténor, quatre garçons, ensemble de cordes, deux pianos, orgue et percussion). Signé par l'écrivain et scénariste britannique Eric Crozier, le texte représente à travers contes et légendes dramatiques la vie du Saint Nicolas, (également nommé Nicolas de Myre ou de Bari), l'un des plus vénérés de l'église orthodoxe chrétienne.

Four Sea Interludes from Peter Grimes (1944)

Le premier opéra anglophone au succès international depuis Dido and Aeneas d'Henry Purcell (en 1688 !), l'opéra Peter Grimes est sans doute l'œuvre qui a permis à la langue anglaise de revenir dans le monde de l'opéra. De son opéra Britten extrait les Four Sea Interludes, quatre entr'actes ici rassemblés en une suite pour orchestre en quatre mouvements : Dawn-Sunday Morning-Moonlight-Storm [Crépuscule-Dimanche Matin-Clair de Lune-Orage], une suite pittoresque qui dépeint avec précision les immenses vagues d'une grosse tempête et le jeu des reflets du soleil sur une eau trompeusement calme.

War Requiem (1961-62)

Le fruit d'une commande pour honorer la consécration de la nouvelle cathédrale de Coventry suite à sa destruction lors de la Deuxième Guerre mondiale, le War Requiem deviendra par la suite l'une des oeuvres majeurs de Benjamin Britten. Requiem en six mouvements, Britten divise son instrumentation en trois ensembles différents mais qui alternent et interagissent l'un avec l'autre tout au long de l'œuvre avant de se réunir finalement à la fin du dernier mouvement.

Libre de choisir son sujet, Britten choisit de dénoncer l'horreur et la futilité de la guerre en s'inspirant de la messe de Requiem (« Mass for the Dead »), entrelacé avec neufs poèmes sur la guerre écrits par le poète britannique Wilfred Owen, tué pendant la Première Guerre mondiale le 4 novembre 1918 en France.

Sonate pour violoncelle et piano op. 65 (1961)

Lors d'un concert au Royal Festival Hall à Londres en 1960, Britten fait l'heureuse connaissance du grand violoncelliste Mstislav « Slava » Rostropovich. Si le compositeur britannique ne cesse d'exprimer son admiration pour le maestro russe, ce dernier n'est pas moins enthousiasmé par l'idée d'une oeuvre pour violoncelle composée par Benjamin Britten, une idée qu'il partage avec le compositeur le soir-même ! La Sonate pour violoncelle et piano op.65 sera la première de cinq compositions au total pour le fameux « Slava », une oeuvre composée par Britten à l'image de son premier exécutant, selon William Mann, journaliste pour The Times en 1961.

Bonus - Ceremony of Carols : "Hodie Christus natus est"

Britten comme vous ne l'avez jamais entendu ! Les timbres électronique du musicien Rone s'accordent à la perfection avec les voix d’enfants et d'adolescents de la Maîtrise de Radio France dans le cadre de la série « Variations », une rencontre entre artistes aux origines différentes mais néanmoins assorties.