La Philharmonie de Paris et la Région Ile-de-France renforcent leur collaboration à destination des jeunes

Une nouvelle convention signée par Valérie Pécresse et Laurent Bayle vient renforcer le partenariat autour des projets de l'éducation artistique et culturelle, notamment à destination des jeunes et des publics éloignés, avec un soutien particulier à la Philharmonie des enfants et au projet Démos.

La Philharmonie de Paris et la Région Ile-de-France renforcent leur collaboration à destination des jeunes
La Présidente de la Région Ile-de-France Valérie Pécresse et le Directeur de la Philharmonie de Paris lors de la signature de la convention de partenariat, © Charles d'Hérouville/Philharmonie de Paris

« Placer les territoires au cœur du projet musical », c'est le mot d'ordre de la nouvelle convention de partenariat signée hier entre la Région Île-de-France et la Cité de la musique - Philharmonie de Paris, selon son Directeur général Laurent Bayle. Une convention qui pose le cadre d'une « collaboration renforcée autour des projets de l'éducation artistique et culturelle, notamment à destination du jeune public et les publics éloignés. »

La Région Île-de-France a déjà soutenu la Philharmonie au cours de sa construction, a rappelé son Directeur général Laurent Bayle, et continue à soutenir l'Orchestre national d'Ile de France (l'ONDIF) qui y est en résidence depuis 2015. Mais la nouvelle convention rajoute à cette collaboration deux axes supplémentaires : le soutien à la Philharmonie des enfants, actuellement en construction,  ainsi qu'aux orchestres de jeunes Démos, dont 21 sont implantés dans différents départements franciliens, pour un montant de 1,5 M€.

« Chacun des enfants d'Ile-de-France va avoir accès à toutes les cultures, a affirmé Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France et cosignataire de la convention. Cela veut dire qu'il peut y avoir des cultures urbaines dans des centres-villes très bourgeois, et on peut voir au contraire de la musique classique, y compris philharmonique, dans des quartiers très populaires, » a-t-elle précisé. Et selon la présidente, le projet Démos permet cette ouverture : « D'abord l'instrument, c'est un objet rare, un bel objet. Donc déjà c'est un privilège de le posséder, ou de s'approprier sa complexité. En termes de contrôle de soi, de capacité à faire, à créer, cela donne beaucoup confiance. La musique aussi par cette discipline, par l'effort qu'elle demande, est aussi un outil de dépassement de soi. Avec, forcément, la nécessité de jouer en harmonie avec les autres. C'est un magnifique apprentissage de la vie. » Ainsi la Région prendra-t-elle en charge la totalité du parc instrumental pour 2000 jeunes instrumentistes du projet Démos pour trois années à venir.

Du coté de la Philharmonie de Paris, la convention prévoit plus de partage d'expertise pédagogique dans les écoles franciliennes : concerts éducatifs, ateliers de pratique musicale et ressources pédagogiques en ligne seront ainsi proposés dans le cadre du dispositif d’éducation artistique et culturelle (EAC). Dont l'opération Les lycéens à la Philharmonie de Paris, qui vise à faire venir près de 2 000 lycéens par an aux concerts éducatifs conçus spécifiquement pour eux. 

La signature de la nouvelle convention a été l'occasion de visiter le chantier de la Philharmonie des enfants, espace d'éveil à la musique inspiré de la Cité des enfants située à la Cité des sciences voisine. La Philharmonie des enfants aurait dû ouvrir en février prochain, mais sa réalisation a été retardée par la crise sanitaire. Pour l'instant, seulement les maquettes permettent d'imaginer cet espace de 1 000 m² dédié aux enfants de 4 à 10 ans qui accueillera une trentaine d'installations interactives et manipulables fabriquées en atelier sur mesure, pour découvrir la musique à travers une démarche unique au monde, selon Laurent Bayle : 

« On est toujours dans la sphère éducative, mais la Philharmonie des enfants a une place particulière qui n'est pas explorée. La découverte de la musique se fait à travers des jeux de rythme, des jeux de direction d'orchestre, des jeux de création sonore et des manipulations, on est dans une démarche sensorielle, » explique le directeur, qui prévoit l'inauguration du site en juin ou septembre prochain.