Parité : Laurence Equilbey répond à Benoît Duteurtre

La chef Laurence Equilbey se défend dans Marianne suite aux propos tenus par Benoît Duteurtre sur le principe de parité dans la Culture, voulu par Aurélie Filippetti.

Parité : Laurence Equilbey répond à Benoît Duteurtre
Laurence Equilbey

Dans l’avant-dernier numéro de Marianne, Benoît Duteurtre signait une chronique où il déplorait « l’emballement » du principe de parité dans la culture voulu par Aurélie Filippetti. « Le métier de chef d’orchestre, qu’on le veuille ou non, reste presque exclusivement masculin, tout comme celui de balayeur de rue », écrivait-il, tout en soulignant le rapport entre une éventuelle nomination de la chef Laurence Equilbey à la tête de l’Opéra-Comique et le fait qu’elle ait mené l’étude sur la place des femmes dans le spectacle vivant. Dans une lettre ouverte publiée dans le dernier numéro de Marianne, Laurence Equilbey se défend : « dès lors que la pratique artistique est associée à un pouvoir, les femmes s’évaporent. [...] Sont-elles sans talent ? [...] Pour l’instant elles dirigent pour ainsi dire nulle part, et moins encore à Paris. Alors, évidemment, vous ne risquez pas de les connaître ».