Ophélie Gaillard se fait voler son violoncelle en pleine rue

La violoncelliste Ophélie Gaillard a été victime d'une agression jeudi 15 février au soir à Pantin, en Seine-Saint-Denis. L'homme l'a menacée d'un couteau et lui a dérobé son instrument, un Goffriller de 1737 ainsi qu'un archet de grande valeur.

Ophélie Gaillard se fait voler son violoncelle en pleine rue
: Ophélie Gaillard s'est fait voler son violoncelle Gofriller de 1737, un instrument d'une grande valeur

Grosse frayeur pour la violoncelliste soliste Ophélie Gaillard. Alors qu'elle sortait de son domicile situé à Pantin, en Seine-Saint-Denis, pour se rendre à une répétition, un homme l'a agressée à l'aide d'un couteau et lui a dérobé son violoncelle et son téléphone portable. La musicienne, qui n'a pas été blessée, mais visiblement sous le choc a rapidement porté plainte. Contactée par téléphone, elle déclare ne pas avoir de souvenir précis de son agresseur : « Tout s'est passé si vite. J'ai vu son couteau et je n'ai pas résisté, je lui ai donné tout de suite mon violoncelle et mon téléphone portable ».

L'homme s'est ensuite enfui en courant avec le butin. Et pas n'importe quel butin, puisque le violoncelle d'Ophélie Gaillard est un instrument du fameux luthier Francesco Goffriller, datant de 1737. Un instrument d'une grande valeur qui lui était prêté par la banque CIC depuis une quinzaine d'années. La musicienne s'est également fait voler son archet de Jean Pierre Marie Persois, datant de la première moitié du XIXe siècle. Sur Facebook, Ophélie Gaillard lance un appel à l'aide pour tenter de retrouver son violoncelle, rangé dans une boîte bordeaux foncé.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Paramétrer les cookies