Nouvelle-Calédonie : les antennes du conservatoire en sursis

Plusieurs antennes décentralisées du conservatoire de musique et de danse de Nouvelle-Calédonie sont menacées de disparition. En raison d'un manque de financement, une quarantaine d'emplois pourraient être supprimés et 700 élèves privés d'enseignement.

Nouvelle-Calédonie : les antennes du conservatoire en sursis
Quelques manifestants protestent contre les menaces qui pèsent sur les antennes décentralisées du Conservatoire de musique et de danse de Nouvelle-Calédonie, © Sophie Naran

Le problème n'est pas nouveau. Depuis trois ans, les antennes décentralisées du conservatoire de musique et de danse, installé à Nouméa, sont en sursis faute de financement. En cause, un trou de l'ordre d'une quarantaine de millions de Francs Pacifique (environ 334 000 euros) nécessaires pour boucler le budget conditionnel du gouvernement calédonien d'ici au 31 août. 

Lundi 10 août, plusieurs manifestants se sont réunis devant le siège de la province Nord à Koné pour faire part de leur mécontentement. Ils redoutent que sans ce financement, une quarantaine d'emplois d'enseignants, assurés par des membres de l'AFMI (association de formation des musiciens intervenants), pourrait être supprimée. Au final, ce sont plus de 700 élèves (hors Nouméa) qui se retrouveraient privés d'enseignement musical. Selon un article de La 1ère, la totalité des enseignants a passé un entretien préalable au licenciement. 

En décembre 2019, les membres de l'AFMI contestait le budget proposé par le gouvernement de Nouvelle-Calédonie. Celui-ci devant passer de 197 millions de Francs Pacifique (environ 1,6 millions d'euros) à 111 millions (environ 930 000 euros), tout en devant assurer le même service public, c'est-à-dire assurer la gestion des dix antennes du Conservatoire sur le territoire, un centre de formation et un département de musiques traditionnelles. 

A l'époque, les opposants pointaient du doigt les inégalités en matière d'enseignement musical disponibles dans la province du Sud (Nouméa), par rapport à celle du Nord, et celle des Îles. Ils avaient eu gain de cause et avaient obtenu une rallonge budgétaire de la part du gouvernement.