Myung-Whun Chung, accusé de détournement de fonds, blanchi par la justice coréenne

Le chef d’orchestre coréen Myung-Whun Chung, accusé de détournement de fonds par l’ancienne directrice de l’orchestre philharmonique de Séoul, vient d’être blanchi, jeudi 4 août 2016, par la justice coréenne.

Myung-Whun Chung, accusé de détournement de fonds, blanchi par la justice coréenne
©MatthiasCreutziger/Maxppp

Le vent tourne pour le maestro Myung-Whun Chung. Ancien directeur musical de l’orchestre philharmonique de Séoul (SPO), il comparaissait devant la justice coréenne en juillet 2016, accusé par l’ancienne directrice du SPO Hyung-Jung Park de détournement de fonds.

L’affaire commence en 2014 quand la directrice de l’orchestre, Hyung-Jung Park est accusée par des membres du SPO de harcèlement sexuel et violation des droits de l’homme. Contrainte à la démission, elle reproche alors dans un premier temps Myung-Whun Chung d'avoir dépensé pour environ 40 000 euros du budget de l'orchestre à des fins personnelles, puis, un an plus tard, d'avoir utilisé sa femme Koo pour faire pression sur les employés du SPO afin qu'ils portent plainte contre elle.

Un rebondissement qui contraint le chef à démissionner de son poste de directeur musical de l’orchestre philharmonique de Séoul le 29 décembre 2015, et à devoir se présenter devant la justice coréenne en juillet 2016, pour répondre de l'accusation de détournement des fonds de son orchestre.

Jeudi 4 août 2016, le Parquet central du district de Séoul blanchit le maestro de toutes les accusations de détournement de fond : les documents de voyage du chef ne témoignent d'aucune activité illégale entre 2005 et 2015. L’affaire est ensuite envoyée au bureau du procureur avec une recommandation d'abandonner les charges retenues contre Myung-Whun Chung.

« Je suis content, après cette longue investigation, que toutes les accusations contre moi aient été jugées sans fondement », a déclaré le maestro après la décision de justice. « C’est dommage que l’on ait autant voulu me nuire et nuire au SPO ces dernières années. J’ai travaillé honnêtement et sans relâche au nom de cet orchestre pendant 10 ans. Je retiens de cette expérience à quel point il est facile, surtout dans notre pays, de déchirer et détruire quelque chose qui a été construit avec autant de travail. »

Blanchi des accusations de détournements de fonds, Myung Whun-Chung demeure l'objet d'une seconde enquête, celle sur son rôle dans le départ de l’ancienne directrice du SPO. Hyung-Jung Park accuse le chef, sa femme et une dizaine d'employés d'avoir livré de fausses accusations de harcèlement sexuel et de violations des droits de l'homme contre elle pour s'assurer de son éviction.

Sur le même thème