Cours de musique pour traiter la dyslexie - ça marche !

Mis à jour le samedi 03 décembre 2016 à 00h12

Les résultats de l’étude menée par une équipe de neuropsychologues apportent pour la première fois des preuves que la dyslexie chez les enfants peut être traitée par la musique. Daniele Schön s’intéresse tout particulièrement aux liens entre la musique, le langage et le cerveau. Entretien .

Cours de musique pour traiter la dyslexie - ça marche !
© KidStock/Blend Images/Corbis

Des séances hebdomadaires de musique rythmée pendant quelques mois améliorent considérablement les capacités de lecture des enfants dyslexiques, concluent les auteurs d'une étude portant sur l'impact de la musique sur la prise en charge de la parole et menée par les équipes de l'Inserm. Le neuropsychologue Daniele Schön a participé à la recherche. Il explique les liens entre la musique et la parole dans notre cerveau.

France Musique :D'où vient l’hypothèse que les cours de musique peuvent traiter la dyslexie ?

Daniele Schön : Notre connaissance du cerveau a énormément évolué depuis une vingtaine d’années. Avant, on pensait que la musique et le langage étaient traités dans les zones complètement distinctes : le langage à gauche, la musique à droite dans notre cerveau. Grâce à la neuroimagerie qui s'est énormément développée et sur laquelle nous appuyons nos recherches depuis, notre vision a radicalement changé : nous savons maintenant que cette dichotomie n’est pas aussi nette, et que pour la parole, comme pour la musique, certains réseaux se chevauchent et certains sont similaires.

Nous nous sommes donc d’abord demandé si l’entrainement musical quotidien, pendant plusieurs heures, pouvait améliorer les facultés du langage et nous avons testé les musiciens, enfants et adultes. Et les résultats ont montré que les musiciens ont en effet les facultés du langage plus performantes que les non-musiciens : ils ont une meilleure discrimination sonore, une meilleure prosodie et structure grammaticale et apprennent les langues étrangères avec beaucoup plus de facilité.

France Musique : Et cela ne serait pas dû au fait que les musiciens ont une meilleure oreille…

Daniele Schön : Non, il ne s’agit pas là d’une prédisposition génétique, nous avons pu observer que l’activité musicale provoque de véritables modifications au niveau cérébral. La pratique de la musique est une activité cérébrale très complexe. La musique est plus structurée que le langage et elle demande une grande précision temporelle, à la fois dans la perception et dans le geste. Je suis violoncelliste dans un quatuor, par exemple : j’écoute mon jeu, donc il y a déjà ce lien entre la perception et le geste. Ensuite, j'écoute le jeu des autres instrumentistes auquel je dois sans cesse m’adapter. Les systèmes auditif et motrice doivent être très bien connectés, différentes zones du cerveau se mettent en résonance pour arriver à un résultat ultra-précis et ultra- efficace. Les processus prédictifs dans la pratique musicale sont très subtils, et notre cerveau aime anticiper. Le cerveau est comme un orchestre : plus la communication entre les aires est importante, plus la connexion est performante et plus il y a de synchronie entre différents aires. Et comme on a dit que les zones du langage et de la musique communiquent, les deux en bénéficient.

France Musique : Et donc, par rapport à la dyslexie, quel serait l’effet de l’entrainement musical ?

Daniele Schön : La dyslexie, en tous cas, celle d’origine phonologique - parce que c’est un syndrome neurologique assez complexe - est un trouble perceptif. Un dyslexique a du mal à différencier par exemple un PA d’un BA, les sons qui se prononcent de façon similaire, et par conséquent de les restituer à la lecture, ce qui fait penser à une incapacité de différencier les lettres, alors que cela coince au niveau de la perception et la représentation des sons. De plus, les enfants dyslexiques ont très souvent des difficultés de coordination sur le rythme, en tapant des mains, par exemple. Le fait de les exposer à l’entrainement musical, de préférence à une musique rythmée, permettrait de réguler l’activité oscillatoire cérébrale qui est nécessaire à la reconnaissance des sons.

France Musique : Comment avez-vous mené cette étude ?

Daniele Schön : Nous avons travaillé à Rome et à Trieste, avec le concours de la Fondation Mariani, qui soutient les projets dans les domaines de la santé infantile, et en collaboration avec les services neuropédiatriques et neuropsychologiques locaux. Nous avons opté pour une "étude randomisée contrôlée", c’est-à-dire que les sujets sont choisis par les chercheurs et au hasard. Notre cible étaient les enfants dyslexiques de 8 à 11 ans qui sont suivis en ortophonie. Pendant six mois à raison de deux fois par semaine, un groupe d'enfants a suivi les cours collectifs de musique, et l'autre les cours d’arts plastiques. A l’issu des six mois, on leur a donné à déchiffrer un texte et le résultat était frappant : 60% d'enfants du groupe « musique » se sont amélioré en lecture, au point de sortir des critères du diagnostic de dyslexie, contre 28% dans le groupe « art plastique ». Il y a un transfert de compétences dans le cerveau suite aux cours de musique : du travail sur le rythme vers une meilleure discrimination sonore, qui a amélioré les résultats dans le domaine de la lecture.

France Musique : Y a-t-il une méthode miracle pour arriver à ce résultat ?

Daniele Schön : Nous avons travaillé avec les méthodes Kodaly et Dalcroze, et notamment Kodaly, qui est basée sur l’apprentissage de la musique par le rythme et par le mouvement. Mais ce type de séances ne demandent pas forcement une formation particulière. La musique est d’ailleurs déjà très largement utilisée dans le traitement des pathologies du langage et par les musicothérapeutes, mais maintenant nous avons pu prouver par la science que ces pratiques sont à prendre en considération de manière sérieuse, en parallèle avec l’orthophonie qui reste la base de la prise en charge de la dyslexie.

Institut de neurosciences des systèmes, Inserm/Université Aix-Marseille

Ailleurs sur le web

Sur le même thème