Mort du violoniste et pédagogue Jean Leber

Violoniste, pédagogue et directeur de conservatoire fortement impliqué dans le soutien et la diffusion de la musique contemporaine, Jean Leber est décédé ce mercredi 18 mars, victime du Covid-19.

Mort du violoniste et pédagogue Jean Leber
Décès du violoniste et pédagogue Jean Leber, © Editions MF

Le violoniste et grand pédagogue français Jean Leber est décédé ce mercredi 18 mars suite à des complications liées au virus Covid-19. Né en 1939 dans une famille de cheminots et de musiciens amateurs, Jean Leber découvre la musique très jeune. Enfant aux talents précoces, il reçoit son premier prix de violon à l’âge de 16 ans au CNSM de Paris, et se voit rapidement salué par la presse musicale.

Il intègre d’abord l'Orchestre de la Suisse Romande en tant que violoniste, puis l'orchestre de l'Opéra de Paris avant de devenir professeur et violon solo de l'Opéra de Marseille. En 1965, Jean Leber fonde l'Octuor de Paris avec l’altiste Michel Walès. Cet ensemble polyvalent remporte non seulement le Grand Prix du disque pour l’enregistrement de l’Octuor de Franz Schubert mais suscite également l’intérêt de nombreux compositeurs contemporains tels que Claude Ballif, François-Bernard Mâche, et surtout Iannis Xenakis, qui compose pour l’octuor Anaktoriaen 1969, une oeuvre phare dans le catalogue de l’ensemble.

Cette polyvalence musicale fait également partie de l’ADN du Quatuor à Cordes de Paris, fondé par Leber en 1982 avec le violoniste Gérard Klam, l’altiste Tasso Adamopoulos et le violoncelliste Philippe Cherond. Jean Leber est aussi à l’origine, en 1986, de l’Ensemble Orchestral de Marseille, dont le répertoire s’étend du baroque à la création d’oeuvres modernes telles que Propos félins de Michèle Reverdy dont l’ensemble assure la création à Radio France le 17 octobre 1989. 

Alors que Leber souhaite élargir son engagement musical et pédagogique, il se voit proposer en 1972 le poste de directeur du conservatoire de Gennevilliers, succédant ainsi à André Voisin : un moment important dans sa carrière et qui déclenchera définitivement sa vocation de pédagogue.

A la tête de cette institution, il élèvera le conservatoire au statut prestigieux d'école nationale, qui deviendra par la suite le Centre Musical Edgar Varèse. Très engagée dans le répertoire  contemporain, cette école propose notamment des classes de composition dirigées par les compositeurs Gérard Grisey et Philippe Manoury. Elle deviendra par la suite l’une des plus réputées et novatrices de France.

Lors de sa carrière, Jean Leber s’interesse aussi à des projets de théâtre musical, cinématographique et multimédia, par lesquels il collabore avec de grands créateurs tels que Bernard Sobel, Jacques Kraemer, Michel Onfray, Antoine Bourseiller, Jean-Baptiste Barrière, Bertrand Tavernier, et Roland Dubillard

Plus que jamais investi dans l’avenir professionnel de tous ses étudiants, Jean Leber assumait la direction des écoles nationales de Musique de Gennevilliers, de Chartres, ainsi que celle de la classe de musique de chambre au CEFEDEM de Poitiers et la direction du département des cordes au C.N.R. de Marseille

Le livre d’entretiens avec Jean Leber par François Porcile, « D’un coup d’archet… Entretiens avec Jean Leber » est édité en 2014 chez les éditions MF.