Mort du compositeur néerlandais Louis Andriessen

Ardent défenseur des courants minimalistes, Louis Andriessen est mort ce jeudi à l'âge de 82 ans.

Mort du compositeur néerlandais Louis Andriessen
Andriessen était l'un des pionniers du sérialisme aux Pays-Bas., © Getty / Getty

Il a bousculé, déconstruit, et remodelé les codes de la composition. Louis Andriessen, compositeur néerlandais engagé et avant-gardiste, est mort ce jeudi 1er juillet à l'âge de 82 ans, rapportent de nombreux médias.

Entouré de musiciens

Andriessen est né le 6 juin 1939 à Utrecht, entouré d'une famille de musiciens et de compositeurs : son père, Hendrik, est compositeur et son oncle, Willem, pianiste. À La Haye, il suit les cours d'écriture de Kees van Baaren - ce dernier est le premier à utiliser le dodécaphonisme aux Pays-Bas - et atteint vite un niveau impressionnant. Andriessen se perfectionnera ensuite auprès de Luciano Berio entre 1962 et 1964, à Berlin et Milan. 

Pionnier du sérialisme aux Pays-Bas, le compositeur signe notamment Series pour deux pianos, en 1958, et Nocturnen pour soprano et orchestre de chambre, en 1959. Il devient ensuite l'un des principaux représentants du courant minimaliste, qu'il défend avec passion. On retrouve dans sa musique l'influence de certaines musiques populaires, rock et jazz.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Engagé et éclectique 

Engagé et radical, Andriessen signe dans les années 70 le manifeste minimaliste De Staat, qui reprend les dialogues de Platon tirés de La République. "J'ai écrit De Staat comme une contribution au débat sur le rapport entre la musique et la politique", dit-il alors. Il intégrera également dans ses œuvres vocales des textes issus des poèmes de la mystique Hadewijch d'Anvers, ou encore de la Divine Comédie. Sans compter des expériences sonores originales et saisissantes, comme De Snelheid.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Il se frottera aussi à l'opéra, avec notamment Writing to Vermeer en 1998. Un opéra composé à quatre mains avec Michel van der Aa (et créé par la jeune Barbara Hannigan). Michel van der Aa qui réagit d'ailleurs sur Facebook à la disparition du compositeur : "Il était si important pour moi, comme enseignant, mentor et ami. L'un des compositeurs et professeurs les plus influents dans le monde nous a quitté. Quelle perte immense !"