Mort du compositeur finlandais Einojuhani Rautavaara

Le compositeur finlandais Einojuhani Rautavaara est mort ce mercredi 27 juillet à l'âge de 87 ans à son domicile d'Helsinki. Créateur prolifique, il laisse derrière lui une oeuvre d'une très grande richesse stylistique.

Il était l'un des compostiteurs finlandais les plus connus et les plus joués après Sibelius. Einojuhani Rautavaara est mort ce mercredi 27 juillet à l'âge de 87 ans. Il se trouvait à son domicile d'Helsinki alors qu'il tentait de recouvrer la santé après une opération. Compositeur prolifique, Rautavaara s'est essayé à toutes les formes et à tous les styles : opéras, symphonies, concertos, pièces orchestrales, musique de chambre et musique chorale.

Repéré en 1954 lors d'un concours de composition, il reçoit le soutien de Sibelius (mort en 1957) et bénéficie d'une bourse pour aller étudier à la prestigieuse Juilliard School de New York. Elève dans la classe de Vincent Persichetti, il se re retrouve dans la même promotion que Philip Glass et Steve Reich. Il étudie également auprès d'Aaron Copland et Roger Sessions au Centre musical de Tanglewood. Ses premières oeuvres s'inscrivent dans un langage néo-classique, proche d'Hindemith et Stravinski, mais il se pose rapidement des questions et évolue vers le sérialisme et le dodécaphonisme.

Au début des années 1960, il observe un retour vers le néo-romantisme inspiré par le travail de Bruckner. Ce style sera celui qui marque la plus grande partie de son oeuvre mais il ne s'empêche pas de conserver un vocabulaire moderne et avant-gardiste néanmoins. Passionné d'ornithologie, au même titre que Messiaen, il enregistre sur bande magnétique les sons de nombreux oiseaux des marais finlandais et les intègre à l'orchestre dans ce qui deviendra certainement l'une de ses pièces les plus connues, le Cantus Arcticus, concerto pour oiseaux et orchestre (1972).

Musicologue et pédagogue, Rautavaara enseigna la composition une grande partie de sa vie à l'Académie Sibelius.

Sur le même thème