Mort de la pianiste Dominique Ponty, collaboratrice de Moondog

Son nom était associé à Moondog, dont elle fut une interprète privilégiée. La pianiste française Dominique Ponty est morte le 6 décembre.

Mort de la pianiste Dominique Ponty, collaboratrice de Moondog
Dominique Ponty au piano dans le studio 107 de la Maison de la Radio, à l'occasion de l'enregistrement de l'émission "les Aventures sonores", en 2014 sur France Musique

Dominique Ponty est morte le 6 décembre dernier à l'âge de 68 ans, nous apprend le journal Libération. Pianiste classique de formation, elle était une grande spécialiste des œuvres d'Olivier Messiaen et de Moondog, avec qui elle forma le duo Dominique Moondog Duet.

Dominique Ponty était aussi enseignante au Conservatoire d'Evreux où elle faisait travailler ses élèves notamment sur les œuvres de Bach et de Messiaen. Musicienne aux multiples facettes, elle découvre les œuvres de Moondog et décide de les adapter au piano. Elle lui envoie ses interprétations.

L'artiste américain la contacte directement. Les deux musiciens se rencontrent en Allemagne. A partir de ce moment, elle sera l'interprète privilégiée de Moondog avec qui elle formera le duo DMD pour Dominique Moondog Duet. Elle fût la dernière musicienne à avoir joué avec Moondog, elle raconte dans cette vidéo leur collaboration  :

Elle travailla aussi avec le trio Dora Lou composé de Cyrille Lefebvre, à la guitare hawaïenne et d'Annick Hémon au chant. Les trois musiciens interprétaient des œuvres aussi diverses que celles de Francis Poulenc, Charles Ives, Erik Satie, ou encore Joseph Racaille, tout en empruntant des textes de Robert Desnos ou de Jules Supervielle. 

La pianiste avait participé à de nombreux enregistrements avec Moondog, dont Piano Trimba, avec le trio Dora Lou, notamment pour l'album Répertoire Demi-Mondain, avec l'Ensemble Minisym fondé par Amaury Cornut, spécialiste de Moondog, mais aussi dans des répertoires plus classiques avec Messiaen. 

Dominique Ponty avait d'abord épousé Georges Alirol, flûtiste à l'orchestre de Paris. Elle s'était ensuite remariée avec Francis Falceto, musicographe, spécialiste de la musique éthiopienne et producteur de musique.