Mort de l’organiste André Isoir

L’organiste André Isoir s’est éteint mercredi 20 juillet, jour de son 81ème anniversaire. Grand interprète de Jean-Sébastien Bach, il était également professeur.

Sa discographie compte plus de soixante enregistrements, son palmarès de nombreux prix (dont trois Premier prix d’improvisation du prestigieux concours de Haarlem). L’organiste André Isoir est mort jeudi 20 juillet, le jour de son 81ème anniversaire.

Né à Saint-Dizier (Haute-Marne), André Isoir fut l’élève de Rolande Falcinelli au Conservatoire de Paris, dont il ressort - en 1960 - avec les Premier prix d’orgue, et celui d’improvisation. A la tribune des églises de Saint-Médard (1952-1957), de Saint-Séverin (1967-1973), et de Saint-Germain des Près à partir de 1973, il se fait particulièrement reconnaître pour ses interprétations de Jean-Sébastien Bach et de la musique française pour orgue.

De ces deux spécialités naissent une imposante discographie, réunie dernièrement sous le label La Dolce Volta dans un coffret “Le livre d’or de l’orgue français” et dans un autre consacré à ses enregistrements du Cantor de Leipzig. Un parcours complété par son activité de professeur à Orsay jusqu’en 1983, il enseigne ensuite au conservatoire de Boulogne-Billancourt jusqu’en 1994.

Benjamin François a consacré une émission à ses transcriptions de Bach, disponible à la réécoute, et lui rendra hommage dans Sacrées Musiques dimanche 4 septembre. Ce mercredi 20 juillet, François-Xavier Szymczak diffusera en son honneur son enregistrement de la Passacaille et thème fugué BWV 582. Un hommage à l’organiste sera également rendu dans la matinale présentée par Stéphane Grant, jeudi 21 juillet.

Sur le même thème