Mercury Living Presence, les très riches heures d’un label

En 1951, le label Mercury Records se lance dans une série unique d’enregistrements sur bande magnétique. Retour en musique sur cette série de disques légendaires.

Mercury Living Presence, les très riches heures d’un label
visuel mercury living present mea 603 380

Antal Dorati à la tête de l’Orchestre symphonique de Londres ou de l'Orchestre Symphonique de Minneapolis, Paul Paray dirigeant l'Orchestre Symphonique de Detroit, les enregistrements de Charles Reiner et Henryk Szeryng, ceux de Janos Starker ou de Byron Janis, les merveilleuses gravures mono de Rafael Kubelik avec le Chicago Symphony au tout début de l'aventure… la liste des enregistrements mythiques du label Mercury Records dans la collection Mercury Living Presence est étourdissante !

Chaque semaine, Olivier Le Borgne consacre trois Aubade (5h - 7h) aux grands disques de cette collection. Déjà disponibles à la réécoute, les deux premiers chapitres nous offrent la possibilité de redécouvrir la Musique pour cordes, percussion et célesta deBéla Bartok par Kubelik et l’Orchestre Symphonique de Chicago, ou bien encore les Suites de Bach avec le violoncelliste Janos Starker, épisodes précédés d'un "chapitre 0", première approche de la collection, permettant notamment l'écoute de la Symphonie pathétique de Tchaïkovsky par le LSO et Dorati.

L'ingénieur du son C. Robert Fine et son épouse la productrice Wilma Cozart Fine
L'ingénieur du son C. Robert Fine et son épouse la productrice Wilma Cozart Fine

L'émission diffusée samedi 22 février à 5h du matin (disponible à la réécoute), propose de savourer l'éblouissante version du Château de Barbe-Bleue, de Bartok, dirigée par Antal Dorati, avec le grand Mihaly Székely dans le rôle titre. Quant au "chapitre 4", il nous permet de partir à la redécouverte d'albums consacrés à Prokofiev, Mendelssohn, ou encore Copland.

Mercredi 26 février, le chapitre 5 nous offrira le loisir de regoûter, entre autres mets, à la Symphonie n°3 "avec orgue" de Camille Saint-Saëns, avec Marcel Dupré à la tribune d'orgue et l'Orchestre symphonique de Detroit dirigé par Paul Paray. Le chapitre 6, au cours duquel nous entendrons notamment les Cinq pièces pour orchestre, op.16 de Schönberg par l'Orchestre Symphonique de Londres dirigé par Antal Dorati, sera diffusé samedi 1er mars à 5h.

Le chapitre 7 diffusé mardi 4 mars à 5h, et comme toutes les émissions de cette série, disponible à la réécoute après sa première diffusion, fera la part belle à Antal Dorati dans un programme réunissant trois œuvres contemporaines les unes des autres et créées fin 1944 / début 1945 : La Symphonie n°5 en si bémol Majeur, op.100 de Prokofiev, le Concerto pour orchestre de Bartók et Appalachian Spring de Copland.

La musique russe se taille la part du lion dans le 8ème chapitre consacré à la saga Mercury. Au programme, Moussorgski, Stravinsky, Rimski-Korsakov et Rachmaninov. Nous retiendrons une rareté absolument somptueuse : une gravure monophonique réalisée en décembre 1953 proposant une décapante version du Sacre du Printemps par un Antal Dorati survolté à la tête de l'Orchestre Symphonique de Minneapolis, phalange qu'il retrouvera en 1959 pour une seconde version de l'œuvre chez le même Mercury, bien plus connue celle-là, mais pourtant moins marquante.

Le bouquet final de la saga consacrée à Mercury Living Presence sera diffusé samedi 8 mars au petit matin. Un 9ème chapitre au cours duquel nous retrouverons les Chabrier, Ibert, Ravel et Roussel de Paul Paray. Rafael Puyana, les frères Romero, Antal Dorati et Frederick Fennell feront partie des invités.

Pour rappel, vous pouvez réécouter les 9 émissions consacrées au label américain durant 1000 jours. Vous pouvez également les télécharger. Un grand merci à vous tous d'avoir suivi cette série d'émissions !

Sur le même thème