Maugein, la plus ancienne fabrique d'accordéons placée en redressement judiciaire

La Manufacture Maugein, plus ancienne fabrique d'accordéons de France, a été placée en redressement judiciaire. L'entreprise souffre de la concurrence des fabricants des pays de l'Est et de la Chine.

Maugein, la plus ancienne fabrique d'accordéons placée en redressement judiciaire
La Manufacture Maugeine, la plus ancienne fabrique d'accordéons de France a été placée en redressement judiciaire. (© Limousin, osez la différence)

Après la fermeture de la prestigieuse manufacture des pianos Pleyel, c'est au tour des accordéons Maugein d'être touchés. La plus ancienne fabrique d'accordéons de France, créée en 1919 à Tulle, a été placée en redressement judiciaire, a-t-on appris auprès du maire de la ville, Bernard Combes.

Endettée à hauteur de 600.000 euros, pour un chiffre d'affaires de 800.000 euros en 2012, l'emblématique fabrique corrézienne a été placée en redressement judiciaire le 6 décembre par le tribunal de commerce de Brive avec poursuite d'activités pour une période de six mois renouvelable, a précisé le maire.

L'entreprise, qui compte 20 salariés, souffre depuis plusieurs années de la concurrence croissante des fabricants des pays de l'Est et de Chine, selon le maire, qui souligne également des difficultés de positionnement pour une entreprise qui produit des accordéons haut de gamme, essentiellement sur commande, et des défaillances concernant le service après-vente.

Après avoir compté jusqu'à près de 300 salariés en 1939, la fabrique Maugein, dont le savoir-faire est reconnu internationalement, avait failli sombrer après l'avènement des musiques importées dans les années soixante, mais elle était ensuite parvenue à se relancer.

Les collectivités locales se sont régulièrement portées au chevet de l'entreprise au cours des quinze dernières années: la mairie est notamment propriétaire des locaux, situés dans une zone industrielle de Tulle, les conseils général et régional sont par ailleurs intervenus à plusieurs reprises pour garantir des emprunts.

Selon Bernard Combes, un repreneur, venu du domaine de l'entreprise et "spécialisé dans le redémarrage de sociétés en péril ", serait sur les rangs pour reprendre la fabrique, symbole du patrimoine industriel corrézien. "On ne veut pas que Maugein devienne le Pleyel de Tulle ", a assuré le maire, indiquant que François Hollande, ancien député de la Corrèze et ex-maire de Tulle, "qui connaît bien l'entreprise ", avait été informé de la situation.

avec AFP

Sur le même thème