Mariss Jansons : une vie en cinq moments musicaux

C'est avec une grande tristesse que nous apprenons la mort de Mariss Jansons, survenue le 1er décembre 2019. En hommage à l'immense carrière de ce grand chef d'orchestre letton, voici une sélection de cinq moments musicaux inoubliables.

Mariss Jansons : une vie en cinq moments musicaux
Le chef d'orchestre letton Mariss Jansons, décédé le 1er décembre 2019, © Getty / Hiroyuki Ito

Il est impossible de résumer la vie et l’oeuvre du chef d'orchestre Mariss Jansons. Parmi ses nombreux concerts et enregistrements exceptionnels, voici cinq exemples marquants qui témoignent de son génie musical.

Chostakovitch - Symphonie n°13

Grand interprète du répertoire russe, Mariss Jansons affectionne particulièrement la musique de Dmitri Chostakovitch, son compositeur de prédilection : 

« Cela a toujours été un grand plaisir de jouer sa musique, et je veux que les orchestres du monde entier la jouent de manière à ce qu'il devienne l'un des compositeurs les plus grands et les plus populaires, parce qu'il le mérite. C'est un génie. »

Le chef letton grave au disque l'intégralité des symphonies du compositeur russe. D'ailleurs, la Symphonie n°13 enregistrée avec l'orchestre symphonique et le choeur de la Radio Bavaroise, accompagnés par la basse Sergey Aleksashkin, lui vaudra un Grammy Award en 2006 pour la « meilleure performance orchestrale ».

Prokofiev - Symphonie n°5

Toujours dans le répertoire russe, Jansons affectionne également la musique de Sergueï Prokofiev, dont il interprète et enregistre à plusieurs reprises1a Symphonie n°5.

Dans cette oeuvre écrite en 1945, Mariss Jansons révèle une interprétation puissante et pleine de grâce face à une symphonie « de guerre », à la fois menaçante et majesteuse.

Sibelius - Finlandia op.26

Bien que le compositeur finlandais Jean Sibelius ne fasse pas partie de ceux qui figurent régulièrement dans les enregistrements de Mariss Jansons, le chef letton s’impose dans ce répertoire avec un enregistrement remarquable de la Symphonie n°2 op. 43, la suite Karelia op. 11 et Finlandia op.26

L'interprétation détonnante de cette dernière oeuvre révèle une énergie sans précédent et un caractère tragique qui continuent de saisir l'attention du monde de la musique encore aujourd'hui.

Mahler - Symphonie n°1

S'il est un grand interpète du répertoire russe, Mariss Jansons se montre également habile face aux oeuvres titanesques du compositeur autrichien Gustav Mahler. 

Alors directeur musical de l'Orchestre philharmonique d'Oslo, il enregistre en 2001 les Symphoniesnos. 1, 3, 7 et 9 de Mahler. La première et la neuvième, gravées sur le même album, sont récompensées par le très prestigieux prix « Toblach » pour le meilleur enregistrement de l'année.

Beethoven - Symphonie n°5

Alors qu'il est nommé chef d'orchestre principal de l'Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise en 2003, succédant à nouveau à Lorin Maazel, Mariss Jansons devient directeur musical de l'Orchestre royal du Concertgebouw d'Amsterdam en 2004, un poste qu'il occupera jusqu'en 2015. 

A la tête de cet orchestre, il produira plusieurs de ses plus grands enregistrements, qui seront réunis 2015 en une seule et même coffret qui résume l'étendue de la carrière du chef, de Beethoven à Berio en passant par Berlioz, Lutosławski, Martinů, Poulenc, Rachmaninoff, Strauss, Tchaïkovski, Varèse..... 

Bonus - Concert du nouvel an à Vienne (2006)

Bien entendu, il ne faut pas oublier les concerts légendaires ! S'il est bien un moment unique dans l'année pour la musique classique, c'est le prestigieux concert du nouvel an donné chaque année à Vienne par l'Orchestre philharmonique de Vienne sous la direction d'un chef d'orchestre invité, de renommée mondiale. 

En 2006, Mariss Jansons rencontre un tel succès qu'il est de nouveau invité en 2012 et 2016.