Marie-Agnès Gillot a fait ses adieux sur la scène de l’Opéra de Paris

La danseuse étoile Marie-Agnès Gillot, l’une des plus grandes ballerines de sa génération, a fait ses adieux sur la scène de l’Opéra de Paris le samedi 31 mars 2018, rendant hommage aux deux chorégraphes Pina Bausch et Carolyn Carlson.

Marie-Agnès Gillot a fait ses adieux sur la scène de l’Opéra de Paris
La danseuse étoile Marie-Agnès Gillot, © AFP / Christophe Archambault

Marie-Agnès Gillot a fait ses adieux au public et à la scène de l’Opéra de Paris le samedi 31 avril 2018. Âgée de 42 ans, la danseuse est contrainte de partir à la retraite, conformément au règlement de l'institution. A l'issue de son ultime représentation, l’immense étoile a eu droit aux ovations bruyantes d'une salle comble, sous une pluie de confettis. De nombreuses personnalités du monde de la danse étaient présentes pour l'acclamer, ainsi que son fils, âgé de 4 ans et son chien, qui sont venus la rejoindre sur scène. 

Après avoir dansé Orphée et Eurydice de Pina Baush, l'artiste a rendu hommage à la chorégraphe, ainsi qu’à Carolyne Carlson, « merci à ces deux maîtresses de l'espace ». En 2004, c’est à l’issue d’une représentation du ballet Signes de Carolyne Carlson que Marie-Agnès Gillot avait été nommée danseuse étoile, ce qui avait fait d’elle la première danseuse élevée à ce rang sur un spectacle de danse contemporaine. 

Aurélie Dupont, directrice de la danse à l’Opéra a salué « l’instinct remarquable » et la « volonté de travail peu commune » de la danseuse. Dotée d'un physique atypique pour une danseuse de l'Opéra, très grande et athlétique, Marie-Agnès Gillot a également souffert d'une double scoliose qui l’a obligée à porter un corset jusqu'à l'âge de 18 ans. Sa carrière est ainsi marquée par une grande force, beaucoup de détermination et un certain franc-parler. « J'ai un peu de caractère (...) il fallait me rentrer dedans et je vous suis rentrée dedans aussi », a-t-elle plaisanté au cours de la soirée. 

Dans une interview accordée à l'AFP, elle a appelé les écoles de danse à ne pas brider les enfants « pour que la créativité reste en eux » et que l'apprentissage du ballet ne se limite pas à des ordres et des exercices à répéter ».

avec AFP