Les producteurs privés interpellent Roselyne Bachelot

Les producteurs privés interpellent la ministre de la Culture pour faire part de leurs difficultés.

Les producteurs privés interpellent Roselyne Bachelot
Scène vide dans un auditiorium, © Getty

Quasiment deux semaines après la tribune de la FEVIS envoyée à Roselyne Bachelot pour lui signaler l'inquiétude des artistes indépendants face aux pertes financières et aux faibles perspectives de reprise de 2021 et 2022, les producteurs privés interpellent à leur tour la ministre de la Culture.  

C'est également par le biais d'une lettre, envoyée le 5 octobre, que les producteurs ont souhaité exposer à la ministre leur angoisse face à la crise actuelle. Ils expriment également leur déception face aux aides promises au secteur, d'un montant de 35 000 euros, plafonné par le CNM, pour les producteurs privés de musique classique alors que dans un même temps, 500 000 euros ont été promis aux musiques actuelles et de variété. 

Dans cette même lettre, ils déplorent également les difficultés à se produire face à la distanciation sociale imposée et la limite de 1000 personnes dans les salles, tout en précisant que chaque année, plus d'un demi-million de personnes se rendent aux concerts classiques. 

Sans aide supplémentaire allouée, les producteurs privés précisent dans cette lettre que, non seulement, l'offre musicale risque d'être considérablement appauvrie, mais que c'est tout une partie de la musique qui risque de disparaître par "asphyxie budgétaire". 

A travers cette lettre, les producteurs privés souhaitent rencontrer Roselyne Bachelot afin de lui exprimer leurs inquiétudes et demander une aide budgétaire essentielle.