Les orgues de France, à bout de souffle ?

Il y aurait près de 10 000 orgues en France, un parc instrumental inestimable témoignant de 5 siècles d’histoire. Or cette richesse patrimoniale est compliquée à préserver, faute de moyens mais aussi à cause de la diminution de la pratique religieuse dans les églises.

Les orgues de France, à bout de souffle ?
La France compte à peu près 10 000 orgues, dont 1 500 sont classés au titre de monuments historiques, © Maxppp / Alexandre Marchi

« À quelque chose malheur est bon ». Le terrible incendie de Notre-Dame de Paris, survenu le 15 avril dernier, a eu au moins une vertu : rarement on aura autant parlé de patrimoine, et plus précisément d’orgues. « Je ne m’y attendais pas du tout, mais j’ai senti que les gens s’inquiétaient de l’état de l’orgue de Notre-Dame. Et ça, c’est inhabituel » raconte Eric Brottier. En tant que technicien-conseil agréé par le ministère de la Culture, c’est lui qui a réalisé le diagnostic du fameux Cavaillé-Coll, après l’incendie. 

Un instrument miraculeusement épargné. « A peine a-t-il subi quelques chutes de poussières. Quelques vérifications de principe restent à faire, mais il est sans doute pratiquement intact. Se pose néanmoins la question de sa préservation pendant la phase de travaux de la cathédrale. Cela va se décider dans les jours qui suivent » explique Eric Brottier. 

En France, ils sont cinq, comme lui, à exercer cette fonction de technicien-conseil auprès du ministère de la Culture. Ils sont chargés par les collectivités de s’occuper principalement des quelques 1 500 orgues classés au titre des monuments historiques. Eric Brottier est à la fois ingénieur des arts et métiers, et organiste, formé auprès de Michel Chapuis et Jean Boyer.

« L’activité que j’exerce est comparable à celle d’un architecte vis-à-vis des maçons. C’est-à-dire que j'effectue des missions de diagnostics et de maîtrise d’œuvre pour prescrire des travaux, aider les propriétaires des orgues, qui sont généralement des collectivités publiques, à monter des dossiers d’appel d’offres, suivre les chantiers et les réceptionner » explique Eric Brottier. 

Il le reconnaît, il ne manque pas de travail. Il a déjà lancé, ou s’apprête à le faire, d’importants travaux de rénovation ou de restauration des orgues des cathédrales de Lyon, Reims, Amiens, Chartres ou encore Soissons. « Depuis 25 ans que je fais ce métier, je n’avais jamais connu autant de chantiers au même moment » sourit Eric Brottier. « Pourvu que ça dure, et surtout pourvu que l'on trouve des artisans qui soient capables de mener à bien tous ces chantiers. C’est le problème qui risque de se poser pour la restauration de Notre-Dame de Paris, si on veut faire tout à la fois et rapidement, il faut trouver les moyens humains de le réaliser ». 

10 000 orgues mais peu de moyens pour les entretenir

S’il n’existe pas encore d’inventaire exhaustif du nombre d’orgues en France, le chiffre d’environ 10 000 est avancé par l’association Orgue en France. Créée il y a 8 ans, elle regroupe de nombreux adhérents d’associations d’amis de l’orgue. Un tissu associatif phénoménal – entre 600 et 1 000, là aussi l’inventaire n’a pas été fait – qui est la principale source de dynamisme pour faire vivre et perdurer le monde de l’orgue sur le territoire. 

Et il y a de quoi faire selon Philippe Lefebvre, organiste titulaire de Notre-Dame de Paris et président du conseil d’administration d’Orgues en France. « Il y a une corrélation entre la pratique religieuse et l’état des orgues. En France, la quasi-totalité des instruments se trouvent dans les églises, dans les temples ou dans quelques synagogues. Lorsque le culte diminue, voire disparaît, notamment dans les petites communes, l’édifice lui-même est moins utilisé et ce qui se trouve dedans également ». 

Si les orgues classés sont globalement tous en bon état, ou en passe de le redevenir, les orgues des églises des petites communes sont majoritairement dans un état plus compliqué. Beaucoup sont à l’abandon, d’autres totalement en ruines. Depuis 1905 et la loi de séparation des églises et de l’Etat de 1905, les lieux de culte construits avant cette date appartiennent aux communes. Les petites municipalités sont donc pénalisées puisque leurs budgets leur permettent rarement de financer des chantiers de restauration se chiffrant facilement à plusieurs dizaines de milliers d'euros.

L'association Orgue en France, ainsi que les nombreuses autres associations qu’elle fédère, tentent d’aider le mieux possible les petites collectivités publiques. « C’est l’un des buts de notre association, de faire prendre conscience aux municipalités qui possèdent un orgue de l’intérêt de ce patrimoine. Au même titre que les vitraux, ou d’autres œuvres d’arts contenus dans les églises. Et cela évolue plutôt favorablement puisque depuis quelques années, plusieurs dizaines d’orgues ont été restaurés. C’était beaucoup moins le cas auparavant où la plupart des orgues étaient livrés à eux-mêmes » explique Philippe Lefebvre. 

Les associations du monde l’orgue font leur maximum pour soutenir les municipalités, en mettant en place du financement participatif, en trouvant des fonds grâce au mécénat et en établissant des conventions avec la Fondation du patrimoine, qui est assez active dans la sauvegarde des orgues. L’association Orgue en France fournit ses efforts en priorité pour les petites communes qui souvent n’ont pas les budgets nécessaires et manquent également de moyens humains pour s’en occuper. 

« Nous sommes de plus en plus sollicités par ces petites collectivités. Depuis trois ou quatre ans, il ne se passe pas une semaine sans que nous ne soyons contactés. Généralement, il s’agit d’un orgue, plus joué depuis une quarantaine d’années. L’église a été restaurée et les élus souhaitent faire de même avec l’instrument » explique Philippe Lefevbre. L’organiste se réjouit de constater que les habitants des petites communes, notamment en milieu rural, sont généralement attachés à leur patrimoine.  « Indépendamment de toutes croyances religieuses, ils tiennent à leurs clochers. Et donc à tout ce qui se trouve à l’intérieur de l’édifice religieux, dont l’orgue » précise le président d’Orgue en France. 

Paris, capitale des orgues 

La principale difficulté réside dans l’important nombre d’églises en France, alors que la pratique du culte ne cesse de diminuer. Résultat, de nombreux édifices religieux et leurs orgues sont laissés à l’abandon, y compris dans les grandes villes. Paris fait figure d’exception. Elle est la ville qui possède le plus d’orgues en France, et surtout au monde : elle est propriétaire de 126 instruments répartis dans 96 édifices cultuels, 85 églises, 9 temples protestants et 2 synagogues. 

Celle qui en a la charge, c’est Florence Guéraud. En tant que chargée de mission des orgues cultuels, elle veille à la sauvegarde et à la préservation de ce riche patrimoine. Des orgues classés mais aussi des instruments récents comme celui inauguré en 2005 en l’église de Saint-Louis en l’Île. « Ces instruments nécessitent un entretien constant et parfois d’importantes restaurations, explique Florence Guéraud. L’objectif est de faire en sorte que tous ces orgues soient jouables et joués. Avec les sécheresses de ces dernières années, nous avons beaucoup de dégradations des soufflets, qui sont en peau d’agneau ». 

La chargée de mission orgues à la ville de Paris dispose d’un budget de 240 000 euros par an, ce qui lui permet de programmer entre 10 et 15 chantiers de différentes importances chaque année. Grâce au mécénat, aux dons des paroissiens, au déblocage de fonds des mairies d’arrondissement et à des aides gouvernementales, certains travaux de plus grande ampleur peuvent être effectués, comme la restauration récente de l’orgue Cavaillé-Coll de Notre-Dame d’Auteuil dans le 16e arrondissement de Paris. Une opération chiffrée à 400 000 euros. 

Florence Guéraud espère que « la vague d’émotions » suscitée par l’incendie de Notre-Dame permettra de continuer sensibiliser à la cause de l’orgue. C’est d’ailleurs le but de deux manifestations débutant ce week-end des 11 et 12 mai, Jour de l’orgue, organisé par Orgue en France et qui recense de nombreux événements partout en France, puis la première édition du festival Paris des orgues, du 10 mai au 16 juin. Au programme, des concerts et des conférences dans différentes églises et temples protestants de la ville de Paris.