Les orchestres de Radio France veulent jouer malgré l'annulation de la direction

Le mouvement social qui touche actuellement Radio France a poussé la direction à annuler les concerts des deux orchestres prévus jeudi 19 et vendredi 20 mars. Une décision qui ne passe pas auprès des musiciens qui ont choisi de maintenir les deux soirées bien qu'on ignore encore dans quelles conditions elles se dérouleront.

Les orchestres de Radio France veulent jouer malgré l'annulation de la direction
Orchestre Philharmonique de Radio France

Depuis ce jeudi 19 mars à minuit, les différentes antennes de Radio France sont perturbées en raison d'un appel à la grève illimitée lancé par plusieurs syndicats. Le mouvement social résulte des craintes d'un plan d'économies avec réduction des effectifs. Une situation tendue qui est à l'origine de la décision de la direction de Radio France d'annuler les concerts prévus ce jeudi soir pour l'Orchestre national de France à l'Auditorium de la Maison de la Radio et vendredi soir pour l'Orchestre philharmonique de Radio France à la Philharmonie de Paris.

Cette annulation a créé l'incompréhension et la stupeur chez les musiciens, notamment ceux du National qui "entendaient maintenir " leur soirée musicale, apprend-on dans un communiqué. "Les musiciens avaient fait le choix d'être solidaires de l'ensemble des salariés de Radio France, mais dans le respect de leurs fidèles abonnés et du public en général, ils avaient décidé de jouer ce soir, jeudi 19 mars 2015 ", poursuit le communiqué.

Les musiciens de l'ONF estiment que l'annulation du concert porte "préjudice " à l'orchestre et au public. C'est donc la raison qui a poussé l'orchestre à maintenir le concert prévu ce jeudi soir. Il est précisé que si l'accès à l'Auditorium leur était interdit - ce qui risque fortement d'être le cas en raison de l'insuffisance de personnels de sécurité et d'accueil -, les musiciens se produiraient dans le hall de la Maison de la Radio.

Même volonté de la part des musiciens de l'Orchestre philharmonique de Radio France qui, dans une lettre, explique vouloir "présenter le concert prévu le 20 mars à la Philharmonie de Paris dans le souci de respecter son public et le lieu qui les accueille. L'actualité nous livre les dérives de l'ignorance, dans une brutalité et une intolérance grandissantes. Nos dirigeants doivent prendre conscience de la nécessité de protéger, COMMUNIQUER le savoir, la culture, qui en sont les remparts".

Sur le même thème