Hommage unanime à travers le monde pour Michel Legrand

« Mélodiste du bonheur », « Enchanteur du cinéma », « Légende de la musique de film ». Depuis l’annonce de la disparition de Michel Legrand, le samedi 26 janvier 2019, la presse et le monde de la culture lui rendent largement hommage.

Hommage unanime à travers le monde pour Michel Legrand
Michel Legrand, © AFP / Martin Bureau

Une photo de Michel « Legrand, le seul, l’unique » en pleine séance d’enregistrement de la bande-son des Demoiselles de Rochefort dans Libération, son « éternel sourire » dans Le Figaro. Ce lundi 28 janvier, la presse papier rend hommage à Michel Legrand, deux jours après l’annonce de sa disparition à l’âge de 86 ans. Il a ainsi fallu, en quelques signes, dresser le portrait de sa carrière, lui qui fut arrangeur, orchestrateur, pianiste, chanteur, et résumer les grandes lignes de sa vie, ponctuée de rencontres et d’histoires d’amitiés mythiques, on pense naturellement à Jacques Demy. 

« De sa musique », peut-on lire dans Télérama, « on retient souvent une brillance joyeuse, profonde comme une soirée d’hiver et légère comme une matinée de printemps ». Et de sa personne, on n’oubliera pas non plus son caractère « sa réputation d’homme intransigeant ». 

Une renommée internationale

Dans la presse étrangère, on mentionne particulièrement ses collaborations avec les géants du jazz, Miles Davis, Coltrane, Bill Evans, ainsi que ses récompenses, trois oscars dont un pour le thème phare du film L’Affaire Thomas Crown, The Windmills of Your Mind, devenu Les moulins de mon cœur.  

« Pianiste infiniment romantique », écrit le New York Times, c’est un « artiste légendaire » pour El Pais. « Il aura réussi l’exploit d’adoucir le cœur des critiques les plus féroces avec la musique des Parapluies de Cherbourg », rappelle le Washington Post

Le monde de la culture endeuillé

Le président Emmanuel Macron a rendu hommage à un « inépuisable génie », dont les airs sont devenus comme « les bandes originales de nos vies ». 

« Touchée en plein cœur », Agnès Varda salue « l’aventure unique qui a lié le compositeur et son mari, le réalisateur Jacques Demy. « Michel Legrand est immortel de par sa musique et sa personnalité », affirme Vladimir Cosma. « Tu resteras toujours l'un des plus grands compositeurs et auteurs qui n’aient jamais couché la plume sur le papier », écrit Quincy Jones. 

Henri Demarquette, qui avait créé son concerto pour violoncelle en 2017 déclare : « Il était la musique personnifiée, elle lui coulait des doigts. Son concerto pour violoncelle sonne par sa sincérité et sa profondeur comme un testament ».