Les musiciens publient une lettre ouverte pour défendre France Musique

Une vingtaine de musiciens à la renommée internationale ont signé une lettre ouverte adressée à Fleur Pellerin pour lui demander de "sauver" France Musique. Roberto Alagna, Natalie Dessay, les frères Gauthier et Renaud Capuçon, William Christie ou encore Alexandre Desplat, tous se mobilisent contre l'éventuelle fermeture de l'antenne ou sa mutation en web radio.

La grève qui touche Radio France depuis 14 jours ne semble pas faiblir suite aux dernières évolutions. Rapport de la Cour des comptes qui préconise la fusion des deux orchestres et la fusion des rédactions de France Info, France Inter et France Culture, nouvelles révélations du Canard Enchaîné les dépenses de Mathieu Gallet quand il présidait l'INA... Radio France est en train de vivre une des crises les plus dures de son histoire.

Pour la première fois depuis sa création, le groupe de service public doit faire face à un déficit : 21 millions d'euros pour l'année 2015. Plusieurs pistes sont étudiées afin de réaliser des économies. Parmi elles, la disparition pure et simple de France Musique. Piste envisagée un temps par la présidence de Radio France mais finalement écartée par le ministère de la Culture.

Le projet de transformer France Musique en web radio, en abandonnant la diffusion hertzienne, a visiblement été étudié. Même si rien n'a pour l'instant fuité sur le sort que réserve Mathieu Gallet à France Musique, plusieurs artistes français de renommée internationale ont tenus à prendre les devants en publiant une lettre ouverte (reproduite en fin d'article) adressée à Fleur Pellerin, ministre de la Culture et publiée notamment dans Le Figaro et Le Monde.

Lionel Esparza, producteur du Magazine sur France Musique est à l'origine de cette lettre. "Toutes ces rumeurs persistantes sur une éventuelle disparition de la chaîne ont créé une grande inquiétude. Pas seulement chez nous qui travaillons à France Musique mais aussi chez les musiciens. Beaucoup de ceux qui sont passés dans le Magazine récemment nous ont demandé "Qu'est-ce que vous allez devenir", "Que peut-on faire"? ".

En rassemblant ces musiciens autour d'une lettre commune, Lionel Esparza estime qu'il est important de "porter la parole de ceux qui ont conscience que France Musique est un acteur fondamental de la musique classique et du jazz mais aussi de tout un répertoire que nous sommes les seuls à diffuser ".

Les artistes signataires de la lettre mettent en avant le rôle de France Musique qui a "souvent allumé l'étincelle de nos carrières ". Une reconnaissance qui touche de nombreux producteurs, comme Anne-Charlotte Rémond, productrice du Concert de l'après-midi. "C'est absolument formidable que tous ces artistes s'engagent alors que leur carrière est déjà faite. Leur gratitude et leur affection pour la chaîne montrent le rôle important qu'elle a eu dans leur vie, et qu'elle a dans celle des futurs musiciens ".

Une gratitude qui touche aussi Antoine Courtin, chargé de réalisation à France Musique : "C'est un merci qui vient du coeur et pas du porte-monnaie. Je trouve formidable qu'ils mettent en avant l'authenticité de cette radio qui est une véritable chambre d'écho ".

Un avis partagé par Alex Dutilh, producteur d'Open Jazz, qui se félicite que la problématique de Radio France, jusqu'à présent abordée sous son aspect comptable, prenne de la hauteur. "Cette lettre interpelle la ministre sur le fond, sur ce pour quoi est fait France Musique, son rôle dans la vie musicale ". Une préoccupation que l'on peut également retrouver dans un communiqué de presse de l'association Tous pour la musique (Sacem, Adami, SNEP, CNV, ...) qui se dit "extrêmement attentive aux propositions que formulera le président de Radio France dans le cadre de son plan stratégique " et qui estime que la "suppression de ces stations (FIP est également nommée par le communiqué, ndlr) ou l’arrêt de leur diffusion sur les ondes hertziennes seraient catastrophiques pour la création musicale dans toute sa diversité ". Le communiqué rappelle que la radio est la "première source de prescription musicale devant la télévision et Internet", 59% des Français déclarent en effet s’informer sur la musique et découvrir de nouveaux talents grâce à la radio selon un sondage Ipsos datant de 2013.

Du côté de la direction de France Musique, Marie-Pierre de Surville se "réjouit de cette lettre et de l'attachement de ces grands artistes à la chaîne " mais elle tient également à préciser que la disparition de France Musique n'a jamais été à l'ordre du jour et que sa "pérennité n'est pas remise en cause. Toutes les valeurs citées par les artistes dans cette lettre sont celles qui seront au coeur du projet de la présidence pour France Musique ". Projet dont on ignore encore la teneur, Mathieu Gallet doit le présenter au ministère de la Culture ce jeudi 2 avril au matin.

[]()La lettre ouverte a depuis été reprise par les Amis de France Musique, un collectif d'auditeurs et d'acteurs du monde musical à l'origine d'une pétitition titrée "Défendons France Musique !" et qui totalise environ 430 signatures quelques heures seulement après sa publication.

« Lettre ouverte à Madame Fleur Pellerin, Ministre de la Culture et de la Communication.

« Madame la Ministre,

« Depuis plus de cinquante ans, France Musique est la chambre d'écho du monde musical. Des générations de mélomanes et d'amateurs ont été formées par cette radio sans équivalent. Nous, musiciens, nous souvenons de la première fois où nous avons joué pour ses micros, de toutes celles où nos prestations furent par ses ondes portées bien au-delà des salles de concert. Elle a souvent allumé l'étincelle de nos carrières. Sans France Musique, la vie musicale française ne serait pas ce qu'elle est.

« Aujourd'hui, nous sommes inquiets car des réformes douloureuses sont annoncées à Radio France. On a évoqué pour France Musique des réductions budgétaires drastiques, la migration sur Internet, et même la fermeture pure et simple. Quoi qu'il en soit du degré d'avancement de ces projets, ils prouvent manifestement que l'antenne est menacée. Or, à travers la captation des concerts, la promotion des spectacles ou la diffusion des nouveautés, elle remplit une fonction capitale pour le milieu musical. Toucher à France Musique, ce n'est pas seulement priver des millions d'auditeurs de la possibilité de s'éduquer en goûtant aux plaisirs de l'écoute ; c'est aussi fragiliser l'écosystème artistique tout entier.

« Madame la Ministre, ne laissez pas abandonner France Musique. En vous prononçant clairement pour la défense de cette radio, vous donneriez au monde musical un signe clair de votre engagement à ses côtés, et de votre volonté de le replacer au coeur du projet culturel français.

« Signataires:

« Roberto Alagna (chanteur), Alain Altinoglu (chef d'orchestre), Gautier Capuçon (violoncelliste), Renaud Capuçon (violoniste), Jean-Claude Casadesus (chef d'orchestre), William Christie (fondateur des Arts Florissants), Alexandre Desplat (compositeur), Natalie Dessay (chanteuse), Pascal Dusapin (compositeur), Anne Gastinel (violoncelliste), Véronique Gens (chanteuse), Hélène Grimaud (pianiste), Emmanuel Krivine (chef d'orchestre), Katia et Marielle Labèque (pianistes), Didier Lockwood (violoniste), Patricia Petibon (chanteuse), Michel Portal (clarinettiste et compositeur), Christophe Rousset (fondateur des Talens Lyriques), Jordi Savall (fondateur d'Hespèrion XXI), Alexandre Tharaud (pianiste), Jean-Yves Thibaudet (pianiste).»

Sur le même thème