Classique : les musiciens français s'exportent de mieux en mieux

A Rotterdam, la France est à l’honneur de la 7e édition de Classical Next, un des plus grands salons professionnels de la musique classique au niveau international. Les musiciens français sont de plus en plus nombreux à jouer à l'étranger et comptent accroître leur présence à l'export.

Classique : les musiciens français s'exportent de mieux en mieux
La soirée d'ouverture de Classical Next 2018 à Rotterdam consacrée à la France. Sur scène, Alexandre Tharaud, le Quatuor Van Kuijk ou encore Juliette Hurel, © Eric Van Nieuwland

« France is Back,  la France est de retour ». Cette formule chère à Emmanuel Macron aurait tout à fait pu être le sous-titre de cette 7e édition de Classical Next. Ce grand salon des professionnels de la musique classique et contemporaine se tient en ce moment à Rotterdam (Pays-Bas) et a décidé de placer la France en invité principal. La soirée d'ouverture, intitulée « What the France ?! » a permis de présenter aux membres des 40 pays présents la richesse et la diversité de la musique classique française. 

Un éclairage bienvenu, et qui n'allait pas forcément de soi il y a encore trois ans. En 2015, il n’y avait quasiment aucun français parmi le millier de professionnels participant. Pour cette année 2018, 43 compagnies sont représentées, la plupart installées sur un grand stand appelé la « Maison des Français » dans le hall principal de De Doelen, gigantesque salle de concert du centre de Rotterdam. Derrière ce retour spectaculaire de la France sur le devant de la scène classique, il y a le Bureau Export. Organisme méconnu du grand public mais Ô combien vital pour de nombreux artistes et ensembles classiques en France. 

Financé à la fois par les ministères de la Culture et des Affaires étrangères, ainsi que par les professionnels du secteur, tels que la Sacem ou le CNV, le Bureau Export a pour mission de faire rayonner la musique et les musiciens français à l’étranger. L'organisme attribue chaque année différentes aides financières aux musiciens et ensembles. Françoise Clerc en a pris la tête du pôle classique et jazz en 2016 : « L’organisation de Classical Next nous a proposé que la France soit mise à l’honneur cette année. Ils ont voulu faire coup double pour célébrer l’année Debussy et la grande richesse du classique en France » explique la directrice, en charge de toute la coordination des exposants français. 

« Il y a un vrai souffle de positivisme dans le milieu, plein de projets innovants, de modèles économiques qui fonctionnent. Et ça se ressent au-delà de nos frontières » explique-t-elle. « Classical Next est pour nous une formidable opportunité de faire davantage connaître nos artistes, pour les aider à développer leurs carrières à l’étranger ». Selon les derniers chiffres, le chiffre d’affaires réalisé par les 150 ensembles français s’élève à 6,2 millions d’euros. 

Cette année, ce sont plus de 1 200 professionnels du monde entier qui sont présents à Rotterdam. Agents d’artistes, programmateurs, producteurs, éditeurs, labels... ils ont pu découvrir ou mieux connaître les spécificités culturelles françaises, tant sur le plan artistique que sur le plan économique. « En France, nous avons plusieurs types d’aides au développement des artistes, dont certaines peuvent bénéficier à des structures étrangères » précise Françoise Clerc. 

C’est le cas de l'aide pouvant être versée à des programmateurs étrangers lorsqu’ils accueillent des musiciens français dans le cadre d’une tournée. Un système qui fonctionne bien puisque la plupart invitent à nouveau des artistes français les saisons suivantes. Un travail de longue haleine mené par le Bureau Export et ses quatre antennes implantées à Londres, Berlin, Sao Paolo et New York. Ce grand réseau, dont les pouvoirs publics ont augmenté le financement en 2018, permet aux musiciens de faire des tournées en Allemagne, dans les pays Baltes, en Pologne ou encore en Espagne, où l’activité repend doucement après les années dures de la crise. 

L’Asie est également une zone de plus en plus attractive, notamment en Chine où de nombreux équipements culturels sortent de terre chaque année. Mais il demeure des territoires encore compliqués d’accès comme les Etats-Unis ou l’Autriche, qui pratiquent un protectionnisme et une fiscalité très désavantageuse pour les artistes étrangers. 

Les ensembles spécialisés, véritables globe-trotteurs

Les artistes français s’exportent bien, et de plus en plus. Principalement pour les ensembles indépendants, représentés à Rotterdam par Marie Hédin-Christophe, déléguée générale de la Fevis (Fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés). « 15% des concerts des 146 adhérents de la Fevis se font à l’étranger, et 80% de nos ensembles se produisent en dehors de nos frontières ». Une étude - présentée au Midem en juin prochain - indique une belle progression du chiffre d’affaire des ensembles à l’export. 

Certains ensembles, comme les Talens Lyriques de Christophe Rousset, se produisent parfois davantage à l’étranger qu’en France, indique Pauline Lambert, responsable de diffusion au sein de la structure. « Il est vital pour nous d’aller jouer en dehors de la France. Le territoire français devient presque trop petit pour les nombreux ensembles de notre pays. Il y a une forme de saine concurrence qui nous pousse à nous développer davantage et à nous tourner vers l’étranger ». 

Les Talens Lyriques, qui ne possèdent pas de lieu de résidence, sont de fait en perpétuelle tournée. Mais se produire loin de l’hexagone coûte cher et les ensembles doivent rivaliser d’imagination pour trouver plus de financements, dans un contexte où les subventions publiques ne cessent de se réduire. « Les tournées à l’étranger sont très peu rentables. Le transport coûte extrêmement cher et il est rare que les programmateurs le prennent en charge », explique Pauline Lambert

Les concerts à l’étranger sont surtout un moyen de se faire connaître davantage et de créer une émulation pour que d’autres dates soient organisées. Les ensembles français sont également en concurrence avec ceux des autres pays, notamment les structures italiennes parfois accusées de casser leurs prix. Si leur situation est résolument optimiste, leur stabilité reste toutefois fragile. 

« Les personnels administratifs des ensembles doivent développer des compétences de plus en plus variées. Ils doivent connaître les marchés internationaux, les différentes réglementations de droit du travail, etc. C’est souvent très lourd à gérer et demande beaucoup de temps mais les acteurs n’ont guère le choix s’ils veulent continuer à se développer » explique Marie Hédin-Christophe. La déléguée générale de la Fevis reconnaît que les ensembles sont avant tout de vrais entrepreneurs : « Le moindre pépin, un retard de paiement, etc. peut mettre à terre un ensemble. Il s’agit véritablement d’entrepreneurs qui prennent constamment des risques pour assurer la pérennité de leurs structures ». 

Le streaming, remède anti-crise

Ces ensembles qui, pour la plupart, sont spécialisés en musique ancienne, sont parmi les acteurs culturels les plus modernes du secteur de la musique. Ils n’ont pas eu d’autre choix que de se réinventer pour lutter contre la crise du marché du disque. Une crise, qui selon Marc Thonon, directeur du Bureau Export depuis 2016, n'a jamais été aussi loin derrière nous, notamment grâce à la montée en puissance du streaming

« Les plateformes de streaming se développent partout dans le monde et dans cinq ans elles seront majoritaires. Et bien sûr, cela profite déjà à la musique classique. Grâce aux outils d’analyses que fournissent les plateformes aux artistes, on peut savoir en temps réel dans quelles villes la musique est la plus écoutée. C’est un formidable moyen pour convaincre les programmateurs d’organiser des dates en sécurisant le nombre de places qui seront vendues », explique Marc Thonon.

Pourtant, streaming et musique classique ne font pas encore vraiment bon ménage, principalement à cause du système de référencement des œuvres et des artistes qui n’est pas le même que pour les musiques actuelles. « Ce n’est qu’une question de temps. Il y aura prochainement un gros succès pour un disque classique qui déclenchera une prise de conscience des plateformes et des maisons de disques » prophétise Marc Thonon. 

Cette mise à l’honneur de la France à Classical Next ne sert pas uniquement à promouvoir les artistes à l’étranger. Nombre de professionnels des autres pays sont également venus pour tenter de pénétrer le marché français, réputé très difficile d’accès. Pour Françoise Clerc, dont la mission au Bureau Export est d’accompagner les artistes dans leur développement à l’étranger, cela fait partie du jeu : « on ne peut pas recevoir si on ne donne pas. C’est en aidant les acteurs étrangers à placer leurs artistes en France qu’on obtient souvent un retour d’ascenseur ».