Les musiciens de l’Opéra de Bordeaux voient rouge

Depuis l'arrivée de Marc Minkowski au poste de directeur général de l'Opéra national de Bordeaux, les tensions n'ont cessé de s'aggraver avec les musiciens de l'orchestre. Les qualités « techniques, musicales et humaines » du chef d'orchestre sont remises en cause.

Les musiciens de l’Opéra de Bordeaux voient rouge
En octobre 2018, mécontents, des musiciens de l'Orchestre national Bordeaux Aquitaine distribuent des tracts aux spectateurs de l'Opéra de Bordeaux , © Maxppp / Guillaume Bonnaud

Il suffit de lire le tract distribué par les musiciens de l'Opéra de Bordeaux aux spectateurs au début du mois de juin pour se rendre compte du climat bouillant : « Nous ne sommes absolument pas convaincus que M. Minkowski ait les qualités techniques, musicales et humaines pour nous diriger en tant que chef d’orchestre » peut-on lire. Des mots durs, voire violents, qui permettent de mesurer les tensions entre l'Orchestre national Bordeaux Aquitaine (ONBA) et Marc Minkowski, directeur général depuis 2016. Pourtant, la présidence de l'opéra avait assuré aux musiciens que si cela se passait mal, le chef ne les dirigerait plus... ou très peu.

De même, en 2015, la mairie de Bordeaux - et la direction de l'opéra - avaient assuré aux musiciens que Marc Minkowski prenait la direction générale, et ne les dirigerait pas... ou très peu. Pourtant, la présence du chef sur le podium n'a cessé de croître de saisons en saisons. En 2019/2020, il dirigera 5 des 8 productions lyriques prévues. 

en tant que chef d'orchestre, dès le départ, avant même son arrivée, les musiciens étaient hostiles à sa venue.

« En tant que directeur général, personne ne lui fait de procès d'intention, explique Jean-Pascal Introvigne, artiste du Chœur de l'Opéra de Bordeaux et représentant du personnel CGT. En revanche, en tant que chef d'orchestre, dès le départ, avant même son arrivée, les musiciens étaient hostiles à sa venue. Près de 95% des membres de l'orchestre ne veulent plus être dirigés par Marc Minkowski ». Ce chiffre provient de sondages, organisés par l'administration après chaque série de concerts avec un chef. 

A chaque fois que l'avis des musiciens a été sollicité, le taux d'insatisfaction dépassait systématiquement les 90%. Un chiffre qu'a pu vérifier la journaliste indépendante et bordelaise Séverine Garnier, qui publie dans le dernier numéro du mensuel Classica, une enquête sur le sujet. « Dès la nomination de Marc Minkowski, l'orchestre avait signifié qu'il trouvait cela délicat d'être dirigé par quelqu'un qui occupe aussi le poste de directeur général. Ce qui a accentué le malaise, c'est que contrairement à ce qu'avait assuré la présidence de l'opéra, Marc Minkowski s'est de plus en plus programmé lui-même pour diriger des productions lyriques. La saison prochaine, les opéras seront dirigés soit par Paul Daniel, le directeur musical de l'orchestre, soit par Marc Minkowski. Ils n'ont pas d'autres chefs invités, et c'est une grande source de frustration pour des musiciens qui puisent leur intérêt dans la diversification des propositions artistiques » explique la journaliste. 

Depuis les dernières élections syndicales, l'orchestre ne compte plus en son sein de représentant du personnel. Tenus au devoir de réserve, les musiciens ne souhaitent pas s'exprimer individuellement. De façon anonyme, certains membres de l'ONBA font savoir qu'une délégation de musiciens a été reçue à la mairie de Bordeaux le 19 juin dernier, par l'adjoint à la culture et par la présidente de l'Opéra. Réunion dont l'issue n'a rien changé au problème, puisqu'il leur a été confirmé que Marc Minkowski continuerait à les diriger. 

Un non-sujet pour la direction

Du côté de la direction, Mark Minkowski n'a pas souhaité s'exprimer. C'est Olivier Lombardie, l'administrateur général de l'Opéra de Bordeaux qui s'y colle. Il se dit conscient que l'arrivée d'un chef venant du milieu de la musique baroque a pu bouleverser les habitudes des musiciens, venant de la tradition classique. « Dans ce monde très policé de la musique classique et du lyrique, je comprends qu'un chef baroque puisse bouleverser les choses. Marc Minkowski a des idées artistiques et musicales bien arrêtées, ce n'est pas un chef orthodoxe. Et c'est d'ailleurs ce qui en fait tout l'intérêt. Si on préfère des personnalités "couleur des murs", pâles, qui ne fassent jamais bouger choses, alors oui effectivement, il ne sert à rien de mettre des artistes au cœur des maisons lyriques » lance Olivier Lombardie. 

L'administrateur général précise qu'il ne faut pas oublier le public, qui veut écouter l'orchestre dirigé par Marc Minkowski. « Nous venons de lancer la campagne d'abonnements pour la saison prochaine et toutes les productions lyriques avec lui sont déjà complètes. Ce n'est pas anodin. Depuis que Marc Minkowski a pris la direction, la programmation et les lancements de saison de l'Opéra de Bordeaux sont de plus en plus salués sur la scène lyrique internationale » se félicite-t-il. Pour résumer, la direction de l'opéra de Bordeaux estime qu'il s'agit d'un non-sujet et que les musiciens doivent apprendre à avoir plus d'ouverture d'esprit. 

Un directeur général à temps partiel

Autre point d'étonnement des musiciens, le fait que le poste de Marc Minkowski ait été modifié en temps partiel lors du dernier conseil d'administration. Officiellement pour que cela lui laisse plus de temps pour diriger d'autres orchestres ailleurs qu'à Bordeaux. « Comment un directeur général peut-il exercer ses fonctions à temps partiel ? Il a été recruté pour défendre et mettre en oeuvre un projet artistique mais qui fait le travail à sa place ? Et paradoxalement, sa participation en tant que chef d'orchestre a été réévaluée. Il y a un glissement concernant ses fonctions qui est de plus en plus clair et qui choque tout le monde » explique Jean-Pascal Introvigne. Le syndicaliste rappelle que dans un contexte d'élections municipales, la mairie va tout faire pour éviter que cela ne fasse trop de bruit. « A nous de nous en servir et d'engager un rapport de force » conclut-il.

Jeudi 27 juin, le chef d'orchestre a souhaité rencontrer les musiciens. Selon nos informations, Marc Minkowski se serait engagé à moins diriger la formation à partir de 2020. Il aurait également précisé que les musiciens seraient consultés concernant le choix de leur futur.e directeur.trice musical.e, Paul Daniel quittant son poste en 2021. A voir si cela va apaiser les musiciens de l'ONBA, qui ont reçu le soutien des musiciens de l'Orchestre de l'Opéra de Paris et du Philharmonique de Nice.