Les artistes de Broadway se plaignent de la grossièreté de certains spectateurs

Entre les téléphones portables qui sonnent et les papiers d’emballage qui crépitent, les artistes de Broadway (New York) dénoncent le comportement parfois peu respectueux du public.

Les artistes de Broadway se plaignent de la grossièreté de certains spectateurs
Patti LuPone n'hésite pas à arracher les portables des mains des spectateurs lorsqu'ils sonnent en pleine représentation, © Maxppp / Landov

Rires inappropriés, ronflements, emballages qui crépitent, téléphones portables allumés … Selon un article du New York Post, les comportements déplacés de la part du public sont bien trop fréquents lors des représentations à Broadway. Dans un article intitulé « Selon les acteurs la grossièreté du public détruit Broadway », le journal américain fait part des plaintes des artistes, qui regrettent notamment que l’alcool soit autorisé dans les salles.

Le média rapporte un épisode qui s’est déroulé en 2015, au Booth Theater. Juste avant le début d’une représentation de Hand to God, un jeune homme âgé de 19 ans est monté sur scène pour brancher son téléphone, avant d’aller le récupérer, quelques minutes plus tard. Les acteurs attendaient alors en coulisses et « l’équipe a pris peur », déclare un membre de la production. L’étudiant a été arrêté.

Pour faire face à ces comportements, les artistes ont ainsi développé plusieurs méthodes, comme la chanteuse et actrice Patti LuPone, particulièrement véhémente lorsqu’il s’agit de se faire écouter. En 2009, elle a crié « arrête de prendre des photos maintenant », lors d’une représentation de Gypsy en 2015 elle a arraché le téléphone des mains du spectatrice qui envoyait des messages.

« Cela ne me dérange pas que les gens me prennent en photo quand je donne un concert, mais pas pendant un spectacle alors qu'on tente de créer une atmosphère sur scène et dans la salle pour le public. » Et il n’y a pas que les téléphones qui l’embarrassent. Le bruit du papier aussi. Au cours d’un spectacle, elle a hurlé : « Si vous n’arrêtez pas avec les bonbons je vais vous tuer ! ». « Personne n’est à l’abri de Patti », résume ainsi au journal, en riant, l’acteur Reed Birney.